Le Danube père de vin

Le pourquoi du comment

publié le dimanche 20 octobre 2019 à 08h00

Le Danube père de vin

Voici le plus long fleuve d’Europe, hors Russie. Il va donc bien falloir un peu de temps pour s’attaquer à ce monument de l’Europe centrale, qui traverse et irrigue tant de pays et tant de capitales. De sa source allemande à son delta Ukraine/Roumanie, le chemin du Danube parcourt plus de 3000 kms, traverse ou longe 10 pays et un nombre de vignobles impressionnants.

 

Moins réputés que les régions du Rhin on trouve sur les rives allemandes du fleuve des bribes de vignoble, et c’est vraiment sur sa partie autrichienne que tout commence. Patrie des grands Riesling et Gruner Velteliner, les vignobles de la Wachau autrichienne et leurs voisins de la vallée de la Krems (Kremstal, rive gauche), du Kamp (Kamptal), de la Traisen (Traisental, rive droite) ou des coteaux adoucis de Wagram (rive gauche), pour ne citer que ceux-ci, sont emblématique des magnifiques vins blancs qui sont élaborés sur les terroirs danubiens autrichiens. Le niveau de qualité de ces vins danubiens est toutefois, comme partout, contrasté et va des vins les plus extraordinaires des meilleurs terroirs et parcelles aux plus simples des breuvages (vins rouges) n’apaisant guère (et encore !) que la soif.

 

La capitale n’est pas en reste et il semblerait que Vienne soit la dernière capitale vigneronne d’Europe, le « Gemischter Satz » est un blanc d’assemblage simple et efficace. La suite du vignoble se retrouve ensuite au Burgenland et Carnuntum, ou les rouges prennent le dessus, Blauburgunder, issus de Pinot, le Blaufrankisch si typique y voit le jour, le Zweigelt également pour les cépages locaux, puisqu’aujourd’hui on retrouve surtout des bordelais un peu partout, il convient de parler un peu des cépages locaux...

 

Sans longer littéralement le fleuve, on reste à un jet de pierre lorsqu’on évoque la Styrie, la Carynthie et le Sud Tyrol italien, ou l’on retrouve aussi de très jolis vins des 2 couleurs, et même des bulles passionnantes. Mais quittons l’Autriche et intéressons-nous aux pays suivants. Le fleuve traverse désormais des plaines chaudes et fertiles. La Slovaquie et la Hongrie sont maintenant les pays ou les vignes jouent avec le fleuve, Aszar-Neszmely est le petit vignoble hongrois en premier longé, puis Szekszard, Hajos-Vaskut et Kiskunsag où les rouges dominent, on croise ensuite un vignoble croate du nord du pays, de taille plutôt modeste, avec pour affluent la Drava. Parfois en effet un peu comme pour le Rhône, la Loire ou le Rhin les affluents proches ont également leur lot de vignes à quelques encablures du grand fleuve. Laissons la Slavonie Croate, connue pour ses chênes utilisés en Piémont, pour la fin du parcours.

 

 

Serbie, Croatie, Roumanie et Bulgarie vont donc se partager la fin du périple, avec un véritable renouveau de ces vins du bas Danube. Cépages autochtones, vins typés et originaux, voici ce que les Balkans vont offrir au curieux. Le Banat, le Vojvodina, Fruska Gora pour la Serbie, Ruse, Pleven, Veliki Tarnovo et Vidin en Bulgarie (rive droite), des collines de l’Olténie (Dealu Mare) et de la Drobrogea en Roumanie. Ces noms oubliés et un peu perdus commencent grâce à une ouverture récente sur le monde et des influences d’autres vignerons étrangers, français, italiens, allemands, etc... à retrouver un certain lustre et intérêt. Nombre de vins sont encore balbutiants ou pas encore au niveau, le modèle boisé, international est aussi une étape importante pour mettre les vins sur les rails, mais il est certain que nombre de vignerons trouveront leur chemin et feront leur sillon au beau milieu de tout cela.

 

La liste des cépages non autochtones est assez simple et évidente, Chardonnay, Sauvignon blanc, Cabernet, Merlot, ils ont fait leurs preuves et sont faciles à implanter, mais il faudra surtout regarder avec attention les vins et cépages régionaux, qui ont probablement été malmenés par des années de mauvaises pratiques. Citons les grands du haut Danube, Riesling, Gruner Veltliner, en blanc, Blaufrankisch, Pinot, Zweigelt en rouge, puis les méconnus, Frankovka eezerjo.

En Slovaquie, Kadarka et Olazriesling en Hongrie. Le très traditionnel Procupac Croate, ainsi que les Grasevina ou Traminer en Croatie.

Plus connus mais pas encore des stars, les bulgares Mavrud, Melnik (rouge), Dimiat ou le Rkatsiteli sont les portes drapeaux de la culture viticole du sud Danube avec les roumains, Feteasca Neagra, Babeasca Neagra (rouge), les Feteasca Alba, Feteasca Regala, Cramposia  (blanc).

Tous ces cépages donnent encore des vins parfois très médiocres mais l’avenir et de bonnes pratiques vinicoles devraient laisser entrevoir un vrai futur pour ses vignobles peu connus. La facilité veut que l’on travaille les cépages internationaux, mais la vraie valeur ajoutée est souvent venue de vins typés issus de cépages locaux et autochtones, les derniers exemples en date sont de mémoire Santorin et les Assyrtiko, ou les Etna Bianco et Rosso largement délaissés et qui deviennent aujourd’hui des vins très recherchés.

 

À bon entendeur...

François Guerard

par François Guerard

J'aime le vin ! Le déguster mais aussi les femmes et les hommes qui le font avec passion ! Technicien agricole de formation initiale je reste attaché à la terre. Devenu homme de communication et de marketing, j'ai la chance de pouvoir allier plusieurs de mes passions au sein de cette belle aventure qu'est Winameety ! J'espère que arrivons à vous la faire partager !