Albarino un hispano-lusitanien séduisant

Sur la route des cépages

publié le mercredi 25 septembre 2019 à 08h00

Albarino un hispano-lusitanien séduisant

Voyageons un peu une fois encore avec un cépage blanc assez présent dans la péninsule Ibérique. Il donne des vins très intéressants pour l’été notamment. Si vous êtes en Espagne ruez-vous dessus !

Il est très présent sur les tables pas sous son nom mais plutôt sous des appellations.

 

Le cépage Albariño en Espagne ou Alvarinho au Portugal est très présent de chaque côté de la frontière entre ces 2 pays. C'est un cépage blanc.

Originaire de la Galice, partie Atlantique de l’Espagne, plus précisément dans la zone des Rias Baixas, Pontevedra, Orense, appellations bien connues des espagnols. Il est présent dans une moindre mesure sur le Ribeiro également.

 

La grappe est petite, conique, assez compacte. La peau est d’épaisseur moyenne, de couleur blanc jaunâtre qui vire légèrement rosée à pleine maturité. La pruine est importante et bien blanchâtre, et sa pulpe est molle, juteuse et très savoureuse.

 

L'Albariño un cépage assez sensible aux variations de température, au débourrement précoce ce qui le sensibilise au gel ou refroidissements printaniers. Affectionnant les sols légers et acides, granitiques, sableux, il est assez rustique et moyennement à peu productif.

On le taillera alors un peu long et bien palissé car il a besoin d’être bien mené pour donner le meilleur.

 

 

Il donne des vins au profil aromatique proche des Riesling ou Sauvignon, avec des notes d’agrumes, de citron vert, pomme granny, melon vert, nectarine, ... bref très frais et très agréable. On le conseillera sur les poissons grillés, les fromages de chèvre, les plats avec une légère acidité ou une base citronnée, des herbes fraîches, coriandre, basilic, etc...

Localement les saint Jacques à l’albarino sont un met de fêtes notamment pour le 14 Février...

 

Très présent au Portugal, il est souvent ramassé en faible maturité et légère « surproduction » dans la région du Vinho Verde pour donner des vins au profil très acidulés et très peu alcoolisés.

On voit d’ailleurs la différence de traitement dans d’autres appellations ou sous régions telles que le Moncao ou le Rias Baixas espagnol où les vins sont plus alcoolisés et bien plus complexes. Sur cette dernière il y a notamment des possibilités de vins élevés partiellement en fut, et donc des vins plus complexes, plus gras. Pas toujours opportun sur ce type de vin le fut peut néanmoins donner des vins aux saveurs complexes que l’amateur curieux voudra expérimenter.

 

On le retrouve assez peu ailleurs que dans la péninsule Ibérique, mais Malte en possède un peu sous le nom d’alvarinha. Il faut donc se concentrer sur les vins de Rias Baixas, Orense, pour obtenir le meilleur de ce cépage très agréable et frais.

Pazo de Senorans est une maison de référence pour ces vins là, mais il en existe beaucoup d’autres. Succès assez marqué sur les marchés exports, il risque le syndrome Pinot Griggio des années 2000, soit de monter en flèche puis plus dur est ensuite la chute.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.