Qu'est ce que la pourriture noble ?

Le pourquoi du comment

publié le dimanche 11 février 2018 à 08h30

Qu'est ce que la pourriture noble ?

La pourriture noble est un champignon, Botrytis cynerea, qui se développe sur les baies de raisin dans certaines conditions d’humidité et d’ensoleillement, permettant la production de vins de raisins surmûris. Le botrytis déssèche les grains, rendant leur peau poreuse, il agit alors comme un agent de concentration naturel, bénéfique pour l'élaboration de grands vins blancs liquoreux. Dans d’autres conditions climatiques, il peut être appelé pourriture grise, et endommage alors les récoltes. Il est difficile de prévoir le développement ou la propagation du champignon, il peut arriver qu'une seule et même grappe présente tous les stades d'évolution, d'où la nécessité de réaliser des tries* successives donc des vendanges tardives.  

Le champignon peut être présent dès la floraison de la vigne, sur les grappes. Il faut maîtriser son développement de juin à août, afin de ne pas mettre en péril prématurément la maturation du raisin, tout en gardant son potentiel de développement jusqu’à la récolte. Certains viticulteurs n’utilisent aucun anti-fongique dans le respect de la nature et de la santé. De ce fait, seuls l’ébourgeonnage ou l’effeuillage permettent de contrôler son développement trop précoce. 

Pour les vignobles ayant volonté à produire du raisin botrytisé, il est important d’avoir des matinées humides en fin d’année (octobre- novembre) pour que le champignon puisse se développer. Par contre, il est préférable que ces périodes soient suivies de temps beaucoup plus sec pour ralentir la propagation sur des grains encore trop jeunes. Pour le Sauternes, c’est notamment la rivière Ciron qui joue un grand rôle dans le développement du champignon puisque qu’elle borde les vignobles à proximité. A l’automne, on observe la peau des raisins deviennent violacés et leur pulpe devient de la confiture dorée.

En terme de vinification, le champignon se nourrit de l’eau du raisin et a pour effet de concentrer le sucre à l’intérieur des grains. Tout dépend de l’étanchéité de la pellicule qui, une fois perforée, favorise l’évaporation de l’eau. Les sucres restent alors emprisonnée dans le grain ce qui augmente bien évidemment son niveau naturel d’où un taux d’alcool lors de la fermentation plus conséquent également. La fermentation sera alors stoppée une fois le niveau souhaité obtenu. C’est un travail minutieux et toujours difficile à réaliser par rapport à des raisins sains mais le résultat est unique et recherché par certains domaines caractéristiques. Ce champignon peut produire des enzymes : la laccase et la tyrosinase dans le moût de raisin, mieux vaudra alors le traiter avant de le vinifier.

Hier, nous vous avons présenté le Château Caillou dans le bordelais qui élabore ses vins à partir de raisins surmûris dans le respect du cahier des charges de l'appellation Sauternes et Barsac. Le sémillon, cépage cultivé à 90% par le domaine, donne effectivement les plus grands liquoreux du monde (Sauternes, Barsac, Monbazillac, Loupiac, Cadillac, Sainte Croix du du Mont). Le chenin (Vallée de la Loire - Vouvray, Coteaux-du Layon, ...) et le riesling (Alsace) sont également aptes à la pourriture noble. Le Château Caillou réalise ainsi plusieurs tries successives (3 voire 4) pendant la récolte et selon le cahier des charges de l'appellation qui exige une vendange intégralement manuelle. Et c'est à la nature de faire le reste même si le hasard reste toujours grand.

Si tout le monde n'est pas d'accord avec l'origine de cette découverte, la légende raconte qu'elle proviendrait d'Yquem en 1847. Reconnu comme l'un des meilleurs blancs liquoreux au monde, l'histoire voudrait que le Marquis de Lur Saluces ait exigé que ses gens ne touchent à rien pendant son absence alors qu'il était invité par le Tsar de Russie, Alexandre II à une partie de chasse. Sauf que cette dernière dura plusieurs semaines et quand le Marquis retourna chez lui, le vignoble était en proie à la pourriture. Malgré tout, il ordonne de tout récolter en vue de vinifier son vin et le cru obtenu est étonnamment unique ! Le mythe de cette fameuse année est devenu indissociable du mot "noble", d'où le terme de "pourriture noble" toujours utilisée de nos jours. 

*Ne pas confondre trie (nf) et tri (nm), si la première concerne exclusivement la récolte de raisins atteints de pourriture noble (dans les vignes), le second consiste à sélectionner les meilleurs grains et à écarter les raisins de qualité inférieure (en cave).

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib