Le Gamay, pas si vil que ça

Sur la route des cépages

Le Gamay, pas si vil que ça

Raisin noir à jus blanc, le gamay est un cépage ancestral de la Côte-de-Beaune, vigoureux et fertile, qui n'a pas toujours eu bonne réputation. Alors qu'il était planté un peu partout en Bourgogne au Moyen-Age pour sa capacité quantitative en assemblage, Philippe le Hardi donne l'ordre d'arracher ce cépage jusqu'à Mâcon, le faisant alors devenir mâconnais. Il s'épanouit d'ailleurs fort bien sur les sols granitiques et siliceux de son nouveau milieu d'adoption. Le duc de Bourgogne trouve en effet que ses vins sont dénaturés et qu'il gâche la qualité du pinot noir, cépage phare de la région auquel il était assemblé. Il a par la suite été démontré par l'Université de Californie que le gamay était né du pinot noir et du gouais (cépage aux qualités plutôt médiocres), d'où sans doute le dégoût de Le Hardi.

Si le gouais n'existe plus, le gamay, lui, continue à exister et il a pourtant de jolies qualités à revendre. Bien sûr on ne joue pas sur de la robustesse ni sur beaucoup de ténacité mais plutôt sur des saveurs de fruits rouges et à chair blanche ainsi que quelques notes épicées. Les grappes sont petites et les baies moyennes. Une fois vinifié, filtré et débourbé, on obtient une couleur rouge claire, il donne des vins chaleureux et fruités qui se boivent sans chichi. Si de par son terroir (Beaujolais), il est censé se boire très jeune comme un de ses cousins primeurs, il peut pourtant se garder et vieillir entre 5 et 10 ans.

Peu exporté bien que cité dans plusieurs pays dans une dizaine de pays européens pour l'essentiel ainsi qu'aux Etats-Unis, au Brésil, au Canada ou en Afrique du Sud, plus de 90% de sa récolte est basée en France (Vallée de la Loire, Lorraine, Savoie, Bugey, Auvergne). On observe d'ailleurs des mutations du cépage à travers le temps qui ont donné naissance à plus d'une trentaine de clones. La Sicarex, organisme de recherche beaujolais a mis en place un conservatoire pour préserver la diversité génétique du gamay.

Les appellations (AOC/AOP) Crémant-de-Bourgogne, Mâcon, Anjou, Touraine, Rosé de Loire, Côtes-d'Auvergne, Saint-Pourçain, Bugey, Gaillac, Côtes du Luberon, Saint-Amour et de nombreux vins de pays sont très fiers de porter les couleurs haut-et-fort du gamay au caratère si particulier et pas moins intéressant.