Découverte de la Moldavie, terre de vins

Le pourquoi du comment

publié le samedi 16 novembre 2019 à 08h00

Découverte de la Moldavie, terre de vins

 

Voici un mois que nous avons donc fait la découverte des vins moldaves et de ce pays en plein renouveau. Le temps de regrouper, compiler et remettre toutes les informations en place voici enfin le premier article concernant ses vins et son territoire.

 

La Moldavie n’est pas située entre la Bordurie et la Syldavie, bien que la blague soit facile et amusante !

Il s’agit surtout du pays le plus pauvre d’Europe, entourée de voisins à priori peu enclins à son développement. Ukraine, Roumanie, Russie, des ethnies turcs au sud.

 

 

 

Bref un pays où les traces de l’ex-URSS sont encore bien présentes. La population est assez hétérogène, les écarts de niveau de vie importants, et le pays est encore très rural ! Nous rencontrons sur place quelques français et le constat est que ce pays au passé complexe, a un fort niveau d’éducation. Nous le verrons avec tous les jeunes qui nous servent le long du séjour, ils parlent au moins 3 langues, et ont tous séjourné à l’étranger pour leurs études ou le travail... et c’est là que le bât blesse, souvent ils ne reviennent pas... Ou s’exilent à nouveau, le niveau de salaire et de vie peu reluisant les faisant partir, alors que le pays a beaucoup à apporter et une re construction assez importante est en marche.

Certaines grandes entreprises françaises ont bien compris cela... semblerait il !

 

Bref assez de géopolitique, mais c’est important de comprendre le contexte, car la Moldavie peu industrialisée sous l’URSS était la fruitière, le verger de son immense voisin. Ainsi l’agriculture, surtout l’arboriculture et la vigne étaient les mamelles de la Moldavie. De là découle l’importance qu’a pris la production de vin depuis l’écroulement du mur et l’indépendance du pays, en 1992. Dès ce moment-là les investisseurs locaux pour la plupart ont orienté leur production, et leur mode de travail dans les vignes.

 

La production de vin est donc une tradition ancestrale et séculaire en Moldavie, l’ex URSS produisant du vin grâce à ce pays, l’Ukraine et le Géorgie.

Ceci est important car dans les faits historiques qui y sont liés, la fameuse collection Goehring récupérée par les Soviétiques à la fin de la guerre ira finir ses jours par tiers dans chaque plus grande cave souterraine de ces RSS de l’époque. Mais la tradition du vin est bien plus ancienne, 7000 avant JC pour les premiers plans et une production datant d’environ 3000 ans avant JC. Les cépages locaux sont assez nombreux, commun avec la Roumanie pour certains, Feteasca Alba, Régala, Neagra, Rara Neagra, Viorica ou avec la Géorgie et les Saperavi par exemple. Mais aujourd’hui les cépages qui comptent le plus et qui font encore les vins les plus intéressants, ce sont les cépages d’Europe de l’Ouest, France, Allemagne, etc...

 

En effet à la suite des nombreuses plantations et « améliorations » le Cabernet Sauvignon est le plus présent, et les cépages européens représentent 73% des 114 000 ha plantés en Moldavie. Comme dans beaucoup de nouveau vignobles, le Chardonnay, le Sauvignon, le Merlot ont eu un succès de plantation important, suivis des Pinot, Blanc et Gris, riesling et traminers dans une moindre mesure.

 

Pour se démarquer et obtenir une certaine compréhension, des régions viticoles sont apparues, avec des notions de terroirs et territoires, Codru, Valul lui Trajan, Stefan Voda. Codru la plus grande IGT (Indicatja Geografica Protejata), est surtout célèbre pour abriter les caves de Cricova et ses 200 kms de galeries souterraines, les plus longues au monde. C’est surtout une région favorable à la production de vins blancs et de vins secs tranquille base des effervescents locaux. La Moldavie est très reconnue pour cela, nous y reviendrons à la suite de la visite de Cricova. Il est à noter que peu de vins sont issus de la méthode traditionnelle, on a beaucoup de cuve close ici, d’où des effervescents entrée de gamme peu chers...

 

 

Valul lui Traian est la seconde région par sa surface, un peu plus de 43 000 ha. Elle est subdivisée en trois zones, notamment suite à l’élévation de 2 murs pour se protéger des invasions barbares lors de la conquête romaine, les murs de Traian.

On aura donc les zone suivantes : les hauteurs de Tigheci, la plaine de Bugeac et les Terrasses de Prut, et oui la fameuse ville de Prut qui ne s’invente pas pour nous les pauvres français non avares de blagues potaches... ! On produit 60 % de vins rouges mais aussi une forte production de vins blancs secs locaux, à base de Feteasca Alba et Régala , mais aussi quelques liquoreux historiques. 

 

La dernière IGT de Moldavie est donc la plus petite Stefan Voda, au sud-est. Elle est célèbre pour le fameux Negra de Purcari servi de longue date sur la table de sa Majesté la Reine d’Angleterre. Sols complexes, proximité du Dniestr et de la mer Noire, une région bien adaptée aux rouges, Rara Neagra, et aux variétés européennes....

 

Divin est une appellation qui couvre la totalité du territoire viticole moldave, et est utilisée pour désigner les brandies ou eaux de vies obtenues par double distillation et minimum 3 ans de vieillissement. Il s’agit également ici d’une activité historique et très ancrée, nous avons d’ailleurs dégusté quelques eaux de vie de bonne qualité...

 

La structuration du vignoble et de la commercialisation est assurée par de grosses caves, certaines issues du vieux système soviétique. Cricova (article à venir demain, ne le ratez pas) par exemple est un trésor national et donc à ce titre une cave « d’état ». Quelques domaines artisanaux voient le jour et donnent de bons résultats en travaillant peut être un peu plus les cépages traditionnels.

Ces derniers ne représentent à ce jour que 10% de la production. Ce sont donc des entités comme Radicini qui possède en propre plus de 1000 ha de vignes qui côtoient des wineries familiales/boutique, comme Equinoxe ou Pélican Negru très anecdotiques et pourtant surement très intéressantes.

 

Épaulés par un Office National du Vin, mené par Gheorghe Arpentin, le monsieur Vin de la Moldavie, ambassadeur dynamique et hyper actif, Pélican Negru est d’ailleurs son projet, le pays est aujourd’hui exporté dans 63 contrées. Et on reconnaît bien une double direction avec une sphère locale, slave, Russie, Pologne, Roumanie, Ukraine, où les vins moldaves sont très présents. Ces pays proches sont visés d’ailleurs par les capacités oenotouristiques récemment développées par les grands domaines. On sent une grande volonté de faire monter l’offre autour de ce secteur, une piste sérieuse pour l’emploi et le développement très certainement. Et une sphère asiatique. En effet la qualité des vins d’assemblage type bordelais couplée à une politique tarifaire imbattable pourrait faire de la Moldavie un des acteurs importants sur ces marchés entrée de gamme asiatiques... Chine en premier évidement.

 

 

Nous reviendrons sur les domaines et vins dégustés mais ce fut un voyage initiatique intéressant, amusant et revigorant.

La jeunesse locale très affable, et des dirigeants très abordables font de ce petit pays un lieu attachant.

 

Le dynamisme et l’optimisme ambiant durant cette fête du vin, emblème national a quelque chose de contagieux... !

 

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.