Petit et Gros Manseng, complémentaires du piémont pyrénéen

Sur la route des cépages

publié le dimanche 17 juin 2018 à 10h00

Petit et Gros Manseng, complémentaires du piémont pyrénéen

Originaires du piémont méditerranéen dans le Sud-Ouest, ces deux cépages blancs sont associés et proviennent tous deux de Gascogne plus précisément et ne font pas réellement partie des cépages qui aiment voyager et se plaire à l'étranger. Ils ont tous deux une maturité tardive, leur peau est épaisse, se dessèche facilement sur pied pour peu que l'arrière saison soit clémente et ensoleillée, ce qui arrive souvent dans cette région. On les différencie comme leur nom l'indique par leur taille. En effet, le gros manseng a des grains beaucoup plus gros que ceux du petit manseng et ils n'ont pas les mêmes qualités d'où leur différenciation autre que "physique".

Le gros manseng donne des vins secs ou moelleux ou parfois doux mais le petit manseng donnerait des vins plus fins. Mais tous deux donnent des vins particulièrement aromatiques et vifs avec des notes d'agrumes et de fruits jaunes. Ils sont souvent vinifiés ensemble pour leur complémentarité. Ce sont les fameux cépages propres au Jurançon, secs pour le gros et beaucoup plus moelleux et liquoreux pour le petit. On les retrouve aussi sur deux autres appellations emblématiques : Pacherenc-du-Vic-Bilh et en IGP Côtes de Gascogne.

Le manseng viendrait du mot mans qui signifie maison et qui se dintinguerait comme étant la maison du maître et non de l'exploitant agricole.

Ce sont des cépages tardifs (mûrs en octobre, novembre) qui craignent le gel printanier en raison de leur précocité de débourrage.

Le gros manseng est un cépage vigoureux et fertile qui donne des rendements très élevés et qui se plaît aussi bien en taille longue que courte (à condition d'être suffisamment arrosé). Il se complaît sur des sols argilo-calcaires frais et suffisamment irrigués pour pouvoir résister aux fortes chaleurs du sud. Quant au petit manseng, son rendement est relativement faible par rapport à son voisin et se satisfait sur des sols profonds à cailloux roulés propres au piémont pyrénéen. Grâce à ses grains aérés, il est apte au passerillage sur souche, procédé naturel, qui permet grâce au soleil d'apporter une concentration favorable en sucres et en acidité (à l'inverse de la pourriture noble).

Le gros manseng est connu sous les noms gros mansenc, gros manseng blanc, iskiriota zuri handia (au Pays Basque). Le petit manseng quant à lui, est aussi appelé escriberou, ichiriota zuria tipia (au Pays Basque), manseing, manseng blanc, mansengou (en Béarn), mansic, mausec, mausec blanc, mio, petit mansenc.

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib