On a aimé Jacquère !

Sur la route des cépages

publié le dimanche 22 septembre 2019 à 08h00

On a aimé Jacquère !

Abîmes, éboulements, glissements de terrain, voilà un cépage qui n’a pas froid aux pieds ! Il se dit en Savoie qu’il faut avoir pris de la hauteur pour le travailler et le vendanger. Mais ça vaut le déplacement. Ces vins blancs frais d’Apremont et d’Abymes vous réservent de jolis petits vertiges en verre !

 

Hipster sur les bords.

 

Poilu dans sa jeunesse, la Jacquère raisin blanc de cuve, retrouve une fois adulte, de belles feuilles dentelées. Ses grappes sont compactes, avec des grains à la peau épaisse. À la fin de l’été, quand les vendanges arrivent ses raisins sont dorés presque rosés.

 

Il n’aime pas trop les étiquettes.

 

Jacquère, voilà un nom bien « françois », comme on aurait dit en Moyen Français ! Pourquoi chercher d’autres noms ? Molette, Plant des Abymes, Roussette, Coufe chien, Cugnette ? Sans doute parce que la Jacquère n’aime pas trop qu’on enferme son génie dans une seule bouteille, une seule appellation. On peut la comprendre. Alors Jacquerre, Jacquière, Jacquot, Jacquouille ou Jacquasse, laissons dire s’il trouve sa place.

 

Place aux jeunes.

 

Ce raisin donne naissance à des blancs secs légers ou à de vifs effervescents. Avec un bouquet floral sobre : fleurs blanches comme les aubépines, chèvrefeuilles, jasmins et des notes discrètes d’agrumes, de pêche blanche, de nectarine, de touches minérales, de pierre à fusil, poivre, mentholé. Les vins de Jacquère sont à boire de préférence dans leurs jeunes années. À déguster en vin de monocépage et d’assemblage.

 

Hissez haut.

 

Ce cépage élit domicile en Savoie, où il est majoritaire. Où ? Dans la Cluse de Chambéry, sur les éboulis du Mont Granier. Ce qui ne l’empêche pas de s’aventurer en Isère, dans l’Ain. Il aime le grand air et la montagne le lui rend bien. Il est aussi cultivé en petite quantité chez nos amis lusitaniens et est inscrit sur la liste des cépages officiels du pays.

 

 

Le cépage à l’alpage.

 

La Jacquère est un cépage montagnard, vigoureux, productif, résistant, il a toutes les caractéristiques des cépages des climats frais. Pour son bien-être, il a besoin de pentes fortes, d’altitude et d’une belle exposition au soleil. Il plante ses pieds de préférence dans des sols argilo-calcaires, de cailloux ou de marnes. Sa petite faiblesse : il est sensible à l’oxydation.

 

Célébrités locales.

 

Elles sont sur les tables de tous les amateurs de vin blanc de Savoie : Abymes AOC, Apremont AOC, Chignin AOC, Cruet AOC et Bugey AOC.

 

Légèreté au menu, ou pas.

 

Que manger avec un vin sec de Jacquère me demanderiez-vous ?

Une raclette ? Oui pourquoi pas. Ça va aussi avec une fondue ! Évitez juste les deux ensembles. Mais la Jacquère goûte aussi la légèreté : soufflé au fromage en entrée, des terrines de légumes, poissons de rivière ou de mer comme le cabillaud ou la truite. Le mariage peut aussi être parfait avec une recette de pâtes aux champignons de saison. Faites attention aux cuissons et aux assaisonnements qui sur un plat délicat peuvent devenir dominants.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Rendez-vous sur :

Vintage | Vin, style & dégustation | by Alice Weinderland | Vintage-by-alice.com

Crédit photo : grappe Laurent Madelen

Alice Weinderland

par Alice Weinderland

Je suis tombée par hasard dans un monde merveilleux, celui de la treille. J’ai découvert le pouvoir magique du vin qui peut réduire les distances, faire battre votre cœur pour un truc idiot dont vous n’aviez rien à faire une heure plus tôt.