Le Primitivo, la resurgence italienne

Sur la route des cépages

publié le dimanche 08 juillet 2018 à 10h00

Le Primitivo, la resurgence italienne

Le Primitivo est commun à la région des Pouilles et de Basilicate en Italie. C’est un cépage typique des climats chauds. Plutôt vinifié en assemblage, on observe depuis quelques années une recrudescence de la culture de ce cépage traditionnel, notamment depuis la crise du vin en Europe. Les moines bénédictins l'ont surnommé ainsi à cause de sa maturation précoce.


Il donne des vins secs dans les appellations DOC Gioia del Colle et DOC Primitivo di Manduria. Mais on le retrouve également dans l'élaboration de vins mi-doux et même de vins mutés car friand de soleil, c'est une variété naturellement chargée en sucre.


En 1967, le professeur Austin Goheen de l'Université de Davis découvre que le Primitivo et le Zinfandel, cépage américain, sont identiques. Après des études approfondies, on est arrivé à la conclusion qu’ils descendent tous les deux du Tribidrag, un cépage croate. En France, le Primitivo est officiellement renseigné au Catalogue des variétés de vigne depuis septembre 2011. Il est moyennement vigoureux et nécessite d'être conduit en taille courte. Ses grappes sont de taille moyenne à grosse, compactes et les grains sont moyens. Il résiste peu à la sécheresse, ce qui lui entraîne une maturation souvent irrégulière, il est également sensible à la pourriture grise mais ne craint pas la chaleur.


Il donne des vins chaleureux, colorés et taniques sans pour autant être très aromatiques. Le Zinfandel californien donnerait des vins plus structurés, aux tanins plus marqués et à l'acidité plus prononcée. Il est d'ailleurs considéré souvent aujourd'hui comme un cépage américain pour sa popularité alors qu'il provient bien à la base d'Europe. Il a fait son entrée sur le territoire américain en 1820 dont les boutures ont été rapportées par le pépiniériste new-yorkais de renom Georges Gibbs. Soixante ans plus tard, il était devenu le cépage le plus répandu sur tout le territoire. Il faut attendre 1950 pour qu'il soit détrôné par le cabernet-sauvignon importé de France.


Photo : © Winetoday.org

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib