Le porte greffe. Une arme fatale contre le phylloxéra

Sur la route des cépages

publié le dimanche 14 octobre 2018 à 08h00

Le porte greffe. Une arme fatale contre le phylloxéra

Il a sauvé le vignoble européen à la suite de la crise phylloxérique ! Mais qu’est-il vraiment ?

 

Issu de plants dits américains, le porte greffe a aussi un autre impact sur le cépage avec qui il va grandir, puisqu' il sera plus ou moins vigoureux, plus ou moins résistant, etc...

Choix plus qu’important pour le vigneron il va suivre l’évolution du pied et donc de la parcelle durant toute sa vie tel un réel compagnon.

 

Arrivés avec les différentes migrations, les variétés non Vinifera, (NDLR : Vitis Vinifera dont sont issus nos cépages), n’arrivent pas seules.

Le phylloxéra maladie véhiculée par un petit insecte piqueur suceur va se propager à vitesse fulgurante en Europe. Attaquant les racines des plants européens, l‘épidémie aura ravagé le vignoble en quelques dizaines d’années.

 

Les chercheurs vont donc se pencher dessus très rapidement et trouver des solutions, en croisant la vigne européenne et la vigne américaine résistante. De nombreux porte greffes vont alors naitre et ainsi permettre à nos vignobles de ressusciter de leurs cendres.

 

 

Le vigneron sera pendant quelques années confronté à un nouveau problème d’ordre bien moins important mais tout de même !

Il va falloir adapter ces porte greffe à des sols pas toujours très « coopératifs » !

En effet la France notamment à parfois des sols quasi impropres à la culture de la vigne car très calcaires et donc très chlorosant.

Champagne et Cognac notamment, le nom de Grande et Petite Champagne venant de la nature de leurs sols, qui se rapprochent de ceux de la région de production des vins effervescents.

 

Digressions mises à part, les vignerons, et les agronomes ont enfin trouvé des solutions et réussi à adapter des racines (porte greffes) aux cépages (vitis vinifera), ainsi qu’aux sols. On devra également adapter la vigueur du porte greffe au type de raisins et vins que l’on souhaite réaliser.

Comble du parasitage, les lointains californiens seront à leur tour attaqués par le phylloxéra dans les années 80 puis les australiens et néozélandais courant 2000.

 

Les vignobles non atteints sont dits francs de pied.

On en retrouve dans certains pays du nouveau monde, mais également en Champagne. Un grand conservatoire au bord de la Méditerranée à l'Espiguette, du côté du Grau du Roi, est implanté dans les sables Languedociens où notre insecte ne peut se mouvoir ni attaquer les pieds francs.

 

 

 

 

En conclusion l’amitié franco américaine va bien jusqu’au bout des racines !

 

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.