Le Muscat à petits grains, un cépage explosif en goût

Sur la route des cépages

publié le dimanche 27 mai 2018 à 10h00

Le Muscat à petits grains, un cépage explosif en goût

Il existe au moins 150 variétés différentes blancs ou rouges du cépage Muscat (à petits grains, d'Alexandrie, Ottonel...). Mais leur point commun est ce parfum que leurs terpènes dégagent avec cette signature de rose propre au linalol, au nérol et au géraniol et donc au muscat en général.

Le plus commun est certainement le Muscat blanc à petits grains qui tient son origine de Grèce et qui s'est implanté en France via les arrivées des phocéens à Marseille.

Il est important de modérer son rendement pour obtenir une concentration en sucre suffisante qui donne sa typicité aromatique si particulière et recherchée. Si les rendements sont trop élevés, le vin qu'il donne sera trop chargé en acidité. D'ailleurs les vins de muscat se boivent jeunes et n'ont pas un potentiel de garde très important à cause de l'acidité faible qu'ils contiennent.

Ses arômes sont justement gourmands et explosifs, on retrouve totalement le raisin comme si on croquait les grains à pleine bouche. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est aussi bien un raisin de cuve qu'un raisin de table tellement le fruit est gourmand. On le rencontre dans l'élaboration des vins doux naturels, des vins effervescents et de certaines eaux de vie. Comme les variétés sont nombreuses, la flaveur que l'on retrouve le plus est cette fameuse note musquée, à la fois animale et boisée et cette fameuse nuance de rose propre au Muscat. Les arômes d'orange, de fruits exotiques, de jasmin, de citronnelle et de verveine peuvent s'y retrouver également. En assemblage, en faible quantité, les nuances du Muscat permettent d'aromatiser certains vins neutres.

C'est un cépage très sensible aux maladies de la vigne, oïdium, pourriture grise, hyménoptères et même aux acariens.

Le Muscat blanc à petits grains, comme tous ses cousins, nécessite ensoleillement et chaleur. De débourrement tardif, il mûrit lentement et craint beaucoup l'humidité en raison de sa faible résistance aux maladies. Mais qui dit chaleur ne signifie pas sécheresse d'où son épanouissement en France, là où le climat méditerranéen est le plus avantageux en terme de fraîcheur. Ses sols de prédilection sont de calcaire même s'il s'adapte facilement aux sols argileux selon leur teneur minérale. On le retrouve sur tout le littoral méditerranéen et en remontant la Vallée de la Loire mais également en Alsace et dans les Vosges.

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib

Elise de la WinameeTeam