Le Mourvèdre, cépage phare de Provence et de la Vallée du Rhône

Sur la route des cépages

publié le dimanche 15 avril 2018 à 10h00

Le Mourvèdre, cépage phare de Provence et de la Vallée du Rhône

Cépage noir phare très méridional, le Mourvèdre est inégalable et se doit d’avoir une reconnaissance en terme de monocépage, ce qui est le cas à l’heure actuelle mais qui ne l’a pas été pendant longtemps. Il donne d’ailleurs des vins très structurés et tanniques et particulièrement puissants bien que très chaleureux et fins. Il n’a tellement pas fini de surprendre les papilles qu’un conservatoire lui est d’ailleurs consacré à Saint-Cyr-sur-Mer.

D’origine espagnole, peut-être de la commune de Murviedro non loin de Valence, ce qui expliquerait le nom qui lui est donné en français, il est inscrit officiellement dans les variétés de vignes catalanes, mais une chose est sure, il se plaît sur notre territoire et a été très longtemps cultivé en Provence. 

Il donne des grappes de taille moyenne à grande, coniques et compactes. La couleur des grains est d’un beau noir bleuté et leur peau est épaisse. Leur chair est fondante, juteuse et âpre à la fois. Bien qu’il existe en blanc et gris, ils ne sont qu’à l’état d’expérimentation pour l’instant et non d’exploitation. 

Gourmand de soleil, particulièrement sur les coteaux bien exposés à la lumière de l’astre, il s’enracine dans les sols calcaires et très profonds pour ne pas craindre la sécheresse et profiter de la chaleur qui s’emmagasine rapidement sur les terroirs de ce type.

Cépage exigeant et vigoureux, il a besoin d’être régulièrement coupé pour faire de la place à ses follicules et permettre ainsi à ses raisins d’arriver à pleine maturité. S’il résiste assez bien à l’excoriose (maladie du bois) et à la pourriture grise,  il est très sensible aux autres maladies de la vigne et au froid hivernal.

Rude dans sa jeunesse, les vins qu’il donne s’apprécient davantage avec l’âge ou en assemblage avec du Grenache ou de la Syrah. Il participe à l’encépagement des appellations Tavel, Lirac, Costières de N$imes, Faugères, Saint Chinian, Languedoc, Fitou, Corbières, Minervois, Collioure, Côtes du Roussillon, Cabardès, Bandol, Cassis, Côtes de Provence, Coteaux d’Aix, Les Baux de Provence, Palette, Châteauneuf du Pape, Côtes du Rhône, Ventoux, Lubéron, Pierrevert, Coteaux Varois en Provence… 

Il est reconnaissable au nez et en bouche pour ses arômes de fleur d’acacia, de cannelle, de champignons frais, mais aussi de notes plus animales comme celles de cuir, de musc, et de sous-bois, épicées et poivrées.  

Ses synonymes : Alcallata, Alcayata, Alicante (en Andalousie), Arach Sap, Balzac (en Charente), Balthazar, Balzar, Beausset, Beneda ou Benadu, Béni Carlo (en Dordogne), Bérardi, Bod, Bon Avis, Buona Vise, Casca, Catalan (dans les Bouches-du-Rhône), Cayata, Caymilari Sarda, Charmet, Clairette Noire, Damas Noir, English Colossal, Espagnen (Ardèche), Espar (Hérault), Esparte, Estrangle-Chien, Flouron, Flouroux, Garrut, Gayata Tinta, Karis, Negralejo, Negré trinchiera , Négrette, Negria, Négron, Neyron, Macalu, Maneschaou, Marseillais, Mataro, Maurostel, Mechin, Minustrello, Menudo, Mourvède, Mourvedon, Mourvèdre Espar, Mourvégé, Mourvégué, Mourvès (en Provence), Piémontais (Vaucluse), Pinot Fleri, Plant de Lédenon, Plant de Saint-Gilles (Gard), Reina, Ros, Rossola Nera (Corse), Spar, Tintilla, Tinto, Tire-droit (Drôme), Trinchiera, Valcarcelia, Verema, Veremeta, Vereneta.

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib

Elise de la WinameeTeam