Le Lagrein, on le veille au grain

Les Cépages européens

publié le samedi 23 février 2019 à 08h00

Le Lagrein, on le veille au grain

Comme nous sommes en ce moment sur des vins de montagne et des cépages autochtones de style rustique, il est temps de s’attaquer à un monument un poil oublié de ces cépages-là !

Le Lagrein, natif des Dolomites, il se trouve être intéressant à plus d’un titre.

Il a d’ailleurs tapé dans les papilles des dégustateurs internationaux depuis quelques temps, et il est très reconnu chez les transalpins.

 

D’abord célèbre pour ses vins rosés, nommés Kretzer, il a eu une attention particulière depuis peu en vins rouges, originaire de Bolzano et sa région.

 

On trouve du côté de Tramin des traces de ce cépage depuis le 15e siècle.

Il affectionne les terres argilo calcaires et est sensible aux acariens, mildiou et oïdium.

Sa parenté la plus proche est avec les voisins du Trento, Terroldego et Mazzermino.

Ensuite on lui trouve des lointaines accointances avec la Syrah, le Dureza, et la Mondeuse blanche.

 

Il a une forme aérée, pyramidale et ses baies sont peu colorées, d’où son utilisation en rosé.

Il donne des vins au profil très original selon qu’on le vinifie simplement ou pour la garde.

Comme ses cousins dont nous avons discuté, il a à la fois de l’acidité et des tannins assez présents et une couleur peu marquée.

 

Aromatiquement il est assez épicé, des notes de fruits rouges peuvent s’y mêler, voir des notes de poivre ou d’olive noire.

En bouche il aura besoin de temps pour se livrer et gommer des tannins parfois un peu durs lors de l’obtention d’un vin de garde.

Mais on retient surtout une grande longueur dûe à une acidité bien présente et des vins très fins et élégants pour les meilleurs.

Un peu comme une syrah jumelée avec un Pinot Noir si on voulait comparer.

 

 

 

Il est cultivé sur moins de 1000 ha de nos jours sur les 13000 que compte la zone Alto Adige (ndlr lire l'article du dimanche 24/02/19).

Il n’est donc pas le principal cépage rouge localement. Mais on a vu son intérêt grandir notamment dans la zone proche de Bolzano et depuis les murs de l’abbaye de Muri Gries où il donne peut-être le meilleur vin actuel qui en est issu.

 

On retrouve quelques essais de plantations en Australie, et aux Etats Unis sur ce cépage, reste à voir ce qu’il donnera par la suite.

Comme de nombreuses autres variétés il est à suivre de très près en termes d’adaptation climatologique et pour ses qualités organoleptiques, dont l’amateur moderne devrait être de plus en plus adepte.

 

Les vignerons les plus en vue de la région ainsi que les cantina ont tous une ou deux cuvées de Lagrein à proposer en mode Lagrein ou riserva. Muri Gries, Hoffsdtater, Ignas Niedrist, Waldgries,  Alois Lageder, Manincor, Niedmayr Josef, Pfitscher, Cantina Terlano, cantina Bolzano etc...

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.