L'influence de la lune sur le vin

Le pourquoi du comment

Catégories : #lePourquoiDuComment

L'influence de la lune sur le vin

Si la lune influe sur les mers et les océans, les cycles menstruels féminins et bien d'autres choses de la nature, pourquoi ne serait-il pas également le cas pour les vignes ? Ce principe est en effet reconnu depuis un bon bout de temps par tous les partisans de la biodynamie même si cela continue à faire rire certains à l'esprit très cartésien. Au delà du calendrier grégorien classique, on parle également de calendrier lunaire qui est divisé en lunaisons (entre 27 et 29 jours en moyenne) et non en mois. La lune passe alors par différentes phases : croissante, montante, pleine, etc... ces phases correspondant à des périodes idéales pour différentes tâches à effectuer en terme de viticulture.

On parle alors de jours feuilles, fruits, fleurs et racines, les jours feuilles sont dédiés à la partie aérienne de la vigne, les jours fruits, aux actions favorisant le développement du fruit, les jours fleurs à l'inflorescence et les jours racines, au travail du sol. Par exemple, aujourd'hui : jeudi 21 juin, la lune est à son premier quartier et il s'agit d'un jour racine car l'attraction lunaire est encore faible mais la lumière forte, ce qui correspond à une bonne période pour favoriser le travail racinaire.

En vinification et en dégustation, l'influence de ces quatre types de jours ont aussi leur influence, de même qu'il est préconisé de goûter un vin en jour fruit quand la lune est en phase ascendante pour que justement les arômes de fruit ressortent plus prédominants. En jour fleur, les notes seront plus florales, en jour feuille, le vin sera plus végétal et amer et en jour racine (plutôt déconseillé), le vin sera fermé et plus minéral. En gros, il ne délivrera pas tout son potentiel. Mais il est particulièrement intéressant, sur un même vin, d'apprendre à le déguster sur ces différents jours pour comprendre cette fameuse influence lunaire. On parle alors de rythme sidéral correspondant aux quatre éléments (feu/fruit, eau/feuille, air/fleur, terre/racine.

Le calendrier biodynamique se base également sur différents rythmes : synodique (phases croissante et décroissante de la lune), tropique (phases montante et descendante), anomalistique (apogées et périgées - c'est à dire l'éloignement/rapprochement de la lune à la terre), draconitique (noeuds lunaires - lorsque le plan de rotation de la lune coupe celui de la terre - toute culture ou travail de taille ou de mise en bouteille est à éviter, de même que de goûter le vin qui serait déséquilibré).

Voici un superbe exemple du calendrier lunaire simplifié du Domaine de la Vougeraie.

Il a été démontré depuis plusieurs décennies que le type de jour influence nettement la nature, la structure et le goût d'un vin suite à des dégustations notées sur des grilles formalisées. Les jours fruits et fleurs sont donc les plus propices pour une mise en bouteille adéquate. On ne compte que 6 à 8 jours fruits par cycle, autant dit que les vignerons les guettent avec impatience. Certains spécialistes parlent même du "goût de lune" du vin. Si le grand précurseur de la biodynamie est sans équivoque Rudolf Steiner, on doit la caractérisation de ces jours à l'autrichienne Maria Thun.

Là encore, bien qu'observables, la science ne peut réellement expliquer ce qui se passe et ne convainc pas les moins poètes d'entre nous. Pourtant de grandes enseignes s'y réfèrent et ne l'ont dévoilé à la presse que sur le tard pour justement ne pas être accusés de mysticisme du vin. Une étude a enfin été menée et rendue publique le 3 janvier 2017 : Expectation or Sensorial Reality? An Empirical Investigation of the Biodynamic Calendar for Wine Drinkers menée par Wendy parr de la Lincoln University (Nouvelle-Zélande) et Domainique Valentin du Centre des Sciences du Goût au CNRS de Dijon.

12 pinots noirs issus de différentes régions et datant de 2012-2013 pour leur millésime ont été donnés à tester à 19 oenologues professionnels. Tous les vins ont été dégustés deux fois , en jour fruit et en jour racine. Si les résultats diffèrent effectivement sur tous les vins entre le premier et le second jour, il serait démontré que le calendrier lunaire n'en serait pas la cause. D'autres facteurs tels que les indices des vins en eux-mêmes (glucose, acide tartrique, fructose, CO2) ou éléments extérieurs (humidité, pression atmosphérique, intempéries, ensoleillement, vitesse du vent... ont été pris en compte mais les différences seraient simplement liées aux vins eux-mêmes parce que... différents.

Corrompons-nous nos sens ou est-ce encore la lune qui nous joue un tour ? La question demeure donc encore ouverte...