Stan nous présente une appellation du Beaujolais. A vous de deviner laquelle...

Appellations françaises

publié le dimanche 02 juin 2019 à 08h00

Stan nous présente une appellation du Beaujolais. A vous de deviner laquelle...

Après un petit passage ligérien, retour dans le département du Rhône. Cette appellation et ses vins ne longent pas le fleuve Rhône, mais se trouve non loin de la Saône et de la Loire.

 

On y cultive le Gamay uniquement ou presque et un peu de Chardonnay qui peut donner de jolis et frais Beaujolais blancs. Nous sommes ?...

...Bien évidemment dans le cœur du Beaujolais avec une des appellations phare de la région, le Brouilly.

Sont également autorisés l’Aligoté et le Melon de Bourgogne.

 

Appellation et cru, le Brouilly est le vignoble le plus étendu du Beaujolais.

Reconnu comme Appellation d’Origine Contrôlée depuis 1938, il fait le tour du mont qui lui donne son nom. On peut d’ailleurs du sommet profiter d’une vue 360 degré sur les vignes environnantes, les Alpes, la plaine de la Saône, et les monts du Lyonnais tout proches. Nous sommes aux confins du Massif Central et les sols granitiques se mêlent au calcaire...

 

Les fameuses pierres bleues issues des marnes et des calcaires regardent le sud, en pied de côte. Longeant la côte de Brouilly on aura plus de sables décomposés issus des granits, et on retrouvera les granits rose de manière générale dans toute l’aire géographique d’appellation. 

D’une superficie de 1 300 hectares, le vignoble de ce vin d’exception produit chaque année 8,2 millions de bouteilles qui s’exportent à travers le monde.

 

Au cœur des communes de Quincié-en-Beaujolais, Odenas, Cercié, Saint-Lager, Charentay et Saint-Étienne-la-Varenne, les touristes peuvent aussi admirer ses vignes pentues et denses.

En effet la tradition veut que l’on utilise la taille en gobelet et des fortes densités de plantations rendant le travail mécanique difficile.

Cependant pour simplifier le travail de nos jours la densité a diminué passant de 10 000 pieds à 6000 environ.

 

 

 

Comme partout en Beaujolais la récolte est manuelle et les fermentations seront carboniques ou semi carboniques.

Cette méthode préserve beaucoup de fruit, et permet d'extraire délicatement les tannins et les anthocyanes (matière colorante du raisin).

Cette méthode est souvent la base de travail des vins primeurs mais elle a trouvé des adeptes dans d’autres contextes.

Bref on obtient ainsi des vins frais et élégants aux tannins assez souples, ceux du gamay pouvant être assez durs même s'ils ne sont pas nombreux.

En effet la quantité ne préjuge pas de la qualité dans ce cas précis.

Dans le cas du vin de Brouilly, on aura un cru aux caractères variés. En effet les expositions nord ne donneront pas les vins pleins et structurés du sud.

Les plus simples d’entre eux seront fruités, de couleur rubis, légèrement violet, et les plus intenses seront plus violacés, avec beaucoup de minéralité issue des granits. Ils demanderont un peu de vieillissement.

Un minimum de 2 ans après vendanges aide à l’assouplissement des tannins, et certains iront à 8/10 ans. Ce sera moins un vin de garde que les crus voisins de Moulin à Vent ou Morgon mais il donnera plus de légèreté et de fruité un peu comme à Fleurie.

 

Comme c’est la plus grande appellation du Beaujolais, ce cru représentant environ 20 %, il est assez difficile de donner un conseil précis.

J'ai cette année dégusté beaucoup de vins de Gamay et la qualité générale du Beaujolais me semble en hausse.

Chez les meilleurs le niveau est élevé, on préférera des vins aux élevages traditionnels en foudres ou cuves. Le Gamay ne vieillit pas bien dans le fût, enfin de mon point de vue ou à très petite dose.

 

Promenez-vous au milieu de ces vignobles sinueux et merveilleux.

En automne les couleurs magnifient le paysage environnant et vous trouverez peut-être quelques champignons plus haut dans les forêts avoisinantes pour accompagner un bon Brouilly !

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.