Stan nous emmène à la découverte de Gigondas

Appellations françaises

publié le jeudi 11 juillet 2019 à 11h47

Stan nous emmène à la découverte de Gigondas

 

 

A l’ombre du Ventoux, et des dentelles de Montmirail se nichent nombre de crus, tous bien sûr appartiennent au Côtes du Rhône. Ici c’est le sud une nouvelle fois : Rasteau, Sablet, Vaison la Romaine, Vacqueyras, Cairanne se touchent à quelques kilomètres à la ronde.

Le fameux plan de dieu, véritable océan de vignes n’est pas loin, le grenache domine et le soleil brûle en été dans ces plaines dorées.

 

On s’intéresse au plus prestigieux d’entre eux, dont le château domine la plaine d’alluvions et de galets roulés, le Gigondas.

Assez grande appellation, ou plutôt cru de 1214 Ha, sis sur la seule commune de Gigondas. Les vignes s’étalent de la plaine à des coteaux d’altitude orientés majoritairement sous les Dentelles et exposés à l’ouest.

On trouvera des vignes lovées au cœur même des Dentelles et du massif de Montmirail, plus hautes et plus fraîches ainsi que des expositions plus au nord en pied de coteau ou vers le château.

Le vignoble s’étendant vers le bas et la plaine avec des vins au profil plus solaire.

 

On utilise évidement le Grenache en grande quantité, 80% maximum malgré tout, puis Syrah et Mourvèdre 15% mini des 2 cépages. Le reste est à base de cépages rhodaniens et sudistes sauf le Carignan, mais à hauteur de 10 % maximum...

Le climat est évidement méridional, chaud et sec, balayé par le mistral.

 

Les vignes sont orientées sur le coteau et la plaine à l’ouest donc soleil couchant, voir même au nord nord-ouest pour la partie la plus proche des dentelles. On aura donc une certaine fraîcheur dans ses vins produits entre 300 et 350 m et orientés plus au frais.

 

 

Les sols sont divisés en quatre zones principales :

  • A l’ouest une terrasse caillouteuse reste du passage de l’Ouvèze, vers le village.

 

  • Le cône pierreux et argileux de la Font des papes, et qui dit argile dit vins plus fermes et plus structurés,

 

  • Le bas du village est constitué de sables et des saffres et donne donc des vins au profil plus légers,

 

  • Le dernier bastion est celui des terrasses calcaires et vallons peuplés de marnes et ou les bois se mêlent aux vignes, plus étagé. Jusqu’à 500 m on retrouve des bandes et des rubans de vignes vers l’Est et le sud-est. C’est un joli patchwork qui balaye le massif des dentelles. Le vigneron selon qu’il sera sur l’un ou l’autre de ces terroirs ou tous aura donc la possibilité d’assembler ou de réaliser des parcellaires variés et complexes, exprimant au mieux la volonté de chacun.

 

On pourra citer des parcelles déjà fort connues des registres cadastraux et qui ont un intérêt particulier. Les Hautes et Basses Garrigues, Teyssonnières, Chanteduc, Ventolon, Pallières, Trignon, Beaumettes et la Coste de Saint-Cosme, qui sont aujourd’hui élevées au rang de grands vins du sud et sont dans le giron de grand domaines prestigieux de la région.

 

Le volume annuel est d’un peu moins de 50 000 Hl et un rendement moyen autour des 40 HL/Ha, avec un petit pour-cent de rosé produit ... un peu moins de 40 % par à l’export, et le Gigondas accède au rang de cru en 1971.

La renaissance du vignoble local est à attribuer aux vignerons de la deuxième moitié du 19 e siècle. Il connaît un regain ou un vrai intérêt dans les années 90/2000 par suite à de nombreuses critiques positives de la part des grands journalistes américains et anglais...

 

Selon les profils les vins se gardent de 5 à 20 ans. On imagine le cru proche des Châteauneuf du Pape, mais en fait le profil est bien différent malgré des cépages et des sols parfois similaires. Le calcaire est ici bien plus présent et une patte très unique donne au Gigondas un caractère à la fois solaire et très fruité selon les vignerons, un côté animal parfois, bien plus sauvage que sur les rives du Rhône.

 

Les grands domaines sont déjà présentés avec les parcellaires, Saint Cosme, Santa Duc, Pallières, Trignon, etc... rapidement on peut parler de certains moins connus domaine du Terme, Michel Faraud avec un seul vin très frais et très fruit, le domaine de l’Espigouette plus charnu et plus sauvage, des vins au profil varié que vous trouverez en dégustation au caveau de Gigondas sur la place du village, idéal pour se faire une idée et se poser à l’ombre d’un platane...

Vivement les vacances !

 

 

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.