Spécial Cannes : pas de clap de fin pour la Clape

Appellations françaises

publié le mercredi 22 mai 2019 à 08h00

Spécial Cannes : pas de clap de fin pour la Clape

 

Après avoir déjà détaillé certaines appellations du Languedoc situées dans les terres, en voici une qui est plutôt littorale.

Elle bénéficie d'une situation assez particulière puisqu'en bord de mer mais pas uniquement. Malgré une petite surface elle est divisée en trois ou quatre zones principales :

  • bord de mer,
  • dans les combes et les failles,
  • vers la ville au Nord, et le
  • plateau.

Cette appellation bien connue des touristes c’est La Clape, petit massif calcaire à un jet de pierre de Narbonne.

 

C’est une AOP depuis 2017, AOC communale depuis 2015.

Elle est assez petite quand on pense aux grandes surfaces du Languedoc, aux grandes AOC/AOP voisines du Minervois et des Corbières.

Nous sommes dans l’Aude, département viticole important. Il possède une des plus grandes surfaces de vignes plantées en France, et est un haut lieu historique de la viticulture française.

On se souviendra des événements du début du 20e siècle, où les villes de Béziers et Narbonne ont failli faire tomber le gouvernement de Clémenceau à cause de crises viticoles importantes.

Autre sujet, autre article...

 

Nous sommes donc aux portes de l’ancienne capitale de la province romaine : La Narbonnaise.

Ce petit îlot rocheux, Lou Clapas en Occitan, ne fut rattaché au continent qu’à partir du 14 e siècle. En effet, autrefois la Clape était une île caillouteuse d’où son nom.

Elle fut déjà occupée par les Romains et la vigne.

Puis le delta a été progressivement renfloué par les alluvions charriés par l’Aude.

L’action combinée du temps et des hommes comble le vide et le massif est rattaché au reste de la France continentale.

 

On y plantera ensuite surtout des vignes car ce lieu sec et venté ne supporte guère d’autres cultures.

Actuellement c’est environ 735 Ha de vignes qui s’étendent entre marais " salins de Gruissan ", étang et delta de l’Aude, la mer Méditerranée et la ville de Narbonne au Nord.

Les vignes sur un si petit territoire sont donc d’influences très variées, car parfois protégées du vent qui vient du Nord et qui souffle une bonne partie de l’année.

Le sel a également une véritable influence sur les sols et les vins parfois proches de la mer.

Certaines vignes sont enchâssées à l’intérieur du massif et donc bien protégées par des falaises qui fracturent le paysage du massif.

 

L’ensoleillement est un des plus élevé de France, avec près de 3000 Heures par an, 300 jours de soleil, un climat méditerranéen marqué par les 13 vents, amenant tour à tour pluie, froid, soleil selon leur orientation.

Les sols sont d’origine majoritairement calcaire avec des variantes très intéressantes, tapis de pierres plates aux angles acérés, terres rouges au fer oxydé, marnes grises ou jaunes, grès rouges ou verts… Alluvions sur les bords de l’Aude et des étangs, proportions de sel dans les sols et dans l’air.

 

 

L’encépagement doit comporter au moins 20% de Grenache.

Les 3 principaux cépages que sont Syrah, Grenache et Mourvèdre doivent représenter au moins 70 % de l’assemblage, avec au moins 2 des 3 présents dans le vin final.

Les complémentaires sont donc Cinsault et Carignan.

En blanc nous trouverons les cépages suivants : Bourboulenc blanc, Clairette blanc, Grenache blanc, Piquepoul blanc, Marsanne blanc, Roussanne blanc, Rolle blanc (Vermentino).

Les cépages complémentaires : Carignan blanc, Maccabeo blanc, Terret blanc, Ugni blanc. En cépage accessoire nous trouverons le  Viognier limité à 10 %. Le Bourboulenc doit représenter au moins 40 % de la surface revendiquée dans ladite appellation.

Et l’ensemble des cépages grenache blanc / Bourboulenc doit représenter au minimum 60 %. Un assemblage d'au moins deux cépages principaux est obligatoire.

 

Bien que les blancs de La Clape soient des vins de grande fraîcheur et de grande qualité ils ne représentent que 20 % de l’appellation.

Ils sont peut-être les plus frais et les plus faciles du Languedoc avec les délaissés Piquepoul de Pinet.

Les rouges dominent donc avec 3 caves coopératives et 29 producteurs.

Région hyper touristique, les vins se vendent très bien localement durant la haute saison, et on n’en parle que peu à l’export ou même en grande distribution.

 

Le caractère à la fois très solaire des vins et leur proximité avec la mer donnent des cuvées très variées, influencées également par les choix de chaque vigneron.

On retrouve néanmoins une typicité des calcaires et de la garrigue toute proche dans les rouges et des notes parfois iodées et minérales, salines dans les blancs.

Il faut vraiment déguster un peu de chaque pour se faire une idée plus précise car l’ensemble est finalement très diversifié.

On notera que certaines des cuvées historiquement les plus chères et concentrées du Languedoc sont originaires de ce territoire avec les cuvées La Porte du Ciel, et l’Ancely du Château de la Négly.

Le négociant et vigneron le plus influent de la région, Gérard Bertrand y possède aussi des vignes qui dominent le massif à deux pas du Pech Redon, qui donne son nom à un domaine, point culminant du massif à, attention au mal des montagnes, 214 m !

 

À découvrir donc surtout hors saison d’été car à ce moment-là de l’année, la région est quasi impraticable et les risques de feux de forêts interdisent les balades dans le massif de manière quasi systématique.

Il y a d’ailleurs énormément à découvrir localement :  ports de conchyliculture, marais salants, nature sauvage et préservée, bref... Courez-y vite.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.