Révision positive pour Condrieu qui gagne du terrain

Appellations françaises

Catégories : #appellationsFrançaises

Révision positive pour Condrieu qui gagne du terrain

L'aire géographique en appellation Condrieu est constituée des communes de Limony, Chavanay, Malleval, Saint-Michel-sur-Rhône, Saint-Pierre-de-Boeuf, Vérin et bien entendu Condrieu. Si l'appellation est aujourd'hui de 200 hectares plantés (270 ha plantables), l'Organisme de Défense et de Gestion de l'appellation souhaite entamer une procédure de révision simplifiée de son périmètre parcellaire. "Notre dernière révision remonte à 1986 mais avec les aléas du réchauffement climatique, il est nécessaire aujourd'hui d'entamer cette révision simplifiée qui leur permet de gagner 5% de vignoble supplémentaire. Il s'agit donc d'un gain, ce qui n'est pas toujours le cas puisqu'une révision classique peut parfois engager des pertes de parcelles et pas nécessairement permettre d'en gagner de nouvelles" déclare Christophe Pichon, Président du Syndicat des Vignerons de Condrieu. Il y a même des parcelles qui se trouvent en superposition sur celles de Saint-Joseph mais heureusement les deux appellations tombent toujours sur un accord.

Pourquoi cette révision, étant donné qu'elle n'est pas obligatoire ? Simplement parce que l'ancien plan cadastral était réalisé au feutre, plutôt épais et pas aussi précis que le tracé informatisé tel qu'il existe aujourd'hui. Le manque d'affinage a permis de gagner des terrasses supplémentaires qui répondent aux normes de l'appellation, ou en tous cas qui remplissent les conditions géopédologiques propres à l'AOC Condrieu.

Ensuite, le choix revient bien entendu aux propriétaires terriens qu'ils soient ou non vignerons. Si ceux-ci acceptent de régler l'impôt foncier qui en découle et qui varie selon la renommée de l'appellation et d'autres critères de même acabit, ils feront partie de l'appellation, autrement, les parcelles seront effectivement déclassées.

Quoi qu'il en soit, cette révision est très positive pour l'appellation dont les parcelles sont en priorité réservées à la culture du cépage Viognier même si les vins IGP (indication géographique protégée) sont déjà revendiquées, les conditions de l'appellation d'origine primant sur les autres.