Quel orgueil ce Bourgueil !

Appellations françaises

publié le samedi 18 mai 2019 à 08h00

Quel orgueil ce Bourgueil !

 

Depuis le temps que Winameety existe et au vu du profil d’un de ses créateurs il était largement temps de parler de la Loire et de ses appellations.

Mes excuses donc à ses vignerons ou à ses grands amateurs mais le temps est limité et les appellations de France et de Navarre sont plus que nombreuses. Remédions-y sans plus attendre.

Double clin d’œil ici à Baptiste, et Anne vigneronne passionnée rencontrée « par hasard » sur un salon... le hasard quelle blague non ?

 

Bourgueil donc, un vignoble fort connu, vins rouges à 96 %. Le reste est rosé.

Cette AOC comprenait 209 producteurs avec 202 viticulteurs dont 161 d'entre eux vinifient leurs vins. Sur ces vinificateurs, il y a 154 domaines, 2 caves coopératives et 5 maisons de négociants.

Le cépage archi-dominant est le Cabernet Franc, donc simple à comprendre pour le début. Il y a quand même 10% de Cabernet Sauvignon... 1400 ha, et un terroir/territoire assez complexe, c’est là que tout se joue en fait.

Selon la situation par rapport au fleuve les vins auront des styles et des aspects bien différents. Pour bien comprendre il faut se poser le long de la Loire et remonter les pentes qui le dominent.

 

Du climat océanique, dit dégradé, on a ici des températures douces tout au long de l’année. Le pire ennemi a été récemment le gel tardif. Bordures de Loire et débourrements plus précoces ont dernièrement aggravé ces phénomènes. Grêle et orages d’été sont d'autres ennemis. En effet on divisera alors trois zones majeures :

  • Le pied de côteau et bord de Loire
  • La Côte
  • Le plateau qui est peu planté d’ailleurs.

 

À chaque zone, son sol, son exposition et donc ses caractéristiques. Les vins en seront alors très fortement influencés. Bien sûr le vigneron pourra aussi choisir de faire des vins souples sur le Côteau ou inversement. Mais logiquement la qualité des sols et leur typicité implique un choix simple et évident.

 

 

Le bas du côteau est composé de graves et de sables, charriés par la Loire.

Plus bas encore se trouvent les terres à maraîchages ou céréales. Composées de limons et autres sols très légers elles sont aptes à ces cultures dans ce « jardin de la France ».

Ces vignobles dits légers et drainants sont très intéressants pour la culture du Cabernet Sauvignon dans le Médoc, Garonne oblige. I

ls donnent des vins complexes et assez souples ici avec le Cabernet Franc. Un peu moins aptes à la garde ils ont toutefois une réelle minéralité et des tanins élégants. Plutôt sur le fruit noir, cassis et violette. On les aime dans les 4/5 ans. Attention ! le cabernet franc reste un cépage assez tannique et à la structure acide marquée, on lui donnera un minimum de temps pour se fondre...

Indispensable on vous dit depuis le début... ne soyez pas trop pressés, enfin !

 

Lorsque vous remontez le côteau, les graviers laissent place à des mélanges de calcaire et d’argiles, assez fins et parfois compacts.

En effet le fameux tuffeau, roche calcaire dure qui donne les maisons troglodytes ou les carrières de pierre, se dégrade par moments pour se mêler aux argiles et donner un sol plus lourd que les graves.

Il possède des qualités indéniables en termes de complexité et potentiel de garde pour les vins. On retrouve d’ailleurs sur St Émilion des Cabernets franc sur des sols très calcaires et très durs également... Ici les vins deviennent plus structurés, un peu plus colorés et aptes à une garde certaine. On est sur les grands Bourgueil de garde, qui vont jusqu’à 20 ans.

 

Quand les arômes de fruits noirs et de violette dominent les vins les plus jeunes, on retrouve aussi de grandes minéralités qui ressortent parfois ainsi que des arômes marqués de champignon et de cèpe. Ces derniers peuvent s’accentuer au vieillissement. Le cabernet franc donne des vins assez variés mais toujours très typés et les consommateurs sont souvent On/Off sur ce cépage, on adore ou on déteste au premier abord... et puis ... On peut tellement l’aimer que cela devient un véritable coup de cœur.

 

N’hésitez pas à en mettre en cave, ce sont des vins qui peuvent très bien vieillir, sur les meilleures cuvées de Tuffeaux. Je conseille même pour les plus légers de bien les attendre 3/4 ans pour en profiter pleinement. Comme le Gamay, ce cépage possède des tanins et une acidité naturelle qui doivent se fondre.

 

Suivez ce lien, surtout pour la coupe, car elle explique en quelques secondes les sols etc...

https://www.vinbourgueil.com/le-vignoble/les-terroirs/    

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.