Il joue à fond la carte du melon bourguignon : le muscadet

Appellations françaises

publié le dimanche 21 juillet 2019 à 08h00

Il joue à fond la carte du melon bourguignon : le muscadet

 

Clisson, vous connaissez ??

Depuis une vingtaine d’année c’est le must de la musique métal. Cette année les mythes et légendes s’y sont retrouvés pour leurs adieux... Slayer, Kiss, etc...

Mais avant d’être la Mecque des métalleux en tous genres Clisson est un des crus du mésestimé muscadet. Au confins de la Loire à la limite de l’estuaire on peut considérer le vignoble du muscadet comme étant le Finistère des vignobles français.

 

 

Planté uniquement du cépage melon de Bourgogne (Article sur le melon), qui bien qu’originaire de la région précitée n’y est plus présent. Il représente la totalité des 8430 Ha de l’appellation !

Un seul cépage, une grande appellation et ensuite une multitude de différences liées aux terroirs, sols, influence plus ou moins marquée de l’océan, vallées, vallons, croupes. Tout ici permet de trouver des nuances et des différences dans ces jolis vins blancs plus complexes et aptes au vieillissement qu’il n’y parait.

 

 

Le climat est ici évidement tempéré et océanique, mais des variations sont tout de même possibles notamment selon que l’on s’éloigne ou rapproche de l’océan.

Comme il existe des crus, on constate qu'ils sont apparus grâce à des sols variés mais aussi des légères inflexions climatiques liées à ces terroirs. Nous reviendrons sur les crus, car chacun possède vraiment un style unique et qui méritent d’être détaillés.

 

Pour revenir sur l’appellation, une de ces caractéristiques sont les sols de granits métamorphiques issus du socle armoricain.

On y retrouve donc des granits, mais surtout du gneiss, des gabbros, amphibolites, micaschistes etc.… comme sur les contreforts du Massif Central, ou dans les Vosges... vestige du plateau hercynien. Sols plutôt acides et frais, ils contrastent avec un climat relativement arrosé. Donnant des notes parfois très minérales au milieu de la rondeur classique des vins sur lies.

 

Car la seconde grande particularité des vins de Muscadet ce sont les longs élevages sur lies fines, en cuve. Ici pas de fûts, la tradition et le style du cépage s’y prêtant assez peu. On utilise donc des passages allongés en cuve et sur lies fines pour donner de la complexité et du gras à un cépage réputé pour son acidité naturelle et son style très vif.

Alors tous ne sont pas dans ce cas car l’appellation Muscadet regroupe 1300 Ha. Celle des muscadets sur lies, regroupe la plus grande partie des vins produits, avec les cotes de grandlieu, Sèvre et Maine, et coteaux de la Loire.

Ce sont des vins plus travaillés et qui passent 6 mois sur lies minimum. 6400 ha de vignes poussent sous l’appellation Sèvre et Maine au sud de Nantes. C’est donc la plus grande aire d’appellation locale.

 

 

Les vins varient donc de muscadet très simples et très vifs, idéaux pour les huîtres et les fruits de mer à des vins bien plus complexes et plus riches en arômes avec les crus notamment. Le coté vif et citronné caractéristique est complété par des arômes de fenouil et légèrement végétaux sur certains crus et surtout des notes de pierre mouillée, silex, calcaire, légèrement pétrolées sur les vins de granits, ou d’amphibolites. Certains vignerons utilisant d’ailleurs le nom des sols pour qualifier leurs cuvées. On a alors des vins qui peuvent vieillir sur 10 ans ou plus. Il faut avoir déguster un Clisson âgé ou une cuvée de Papin Luneau ancienne pour vraiment comprendre le potentiel de ces vins de Loire.

 

 

Jetez-vous sur ces vins encore très abordables et surtout ne craignez pas de passer les 10 Euros pour comprendre les meilleurs terroirs et vignerons de cette région, Landron, l’Ecu, Luneau, Papin Luneau, Gadais, hautes Noelles, Pérrières, Haute Féverie, etc...et il en arrivera sûrement beaucoup d’autres au vu du large potentiel de cette région. 

 

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.