Vendanges techniques et poétiques

Le pourquoi du comment

publié le mardi 14 août 2018 à 12h30

Vendanges techniques et poétiques

C’est poétique les vendanges ! On s’imagine dans la série « Le sang de la vigne » avec Arditti, une intrigue autour de la nature et de la finance, on s’imagine déambulant sous un soleil d’été indien, un sécateur dans une main une grappe dans l’autre.

Il y a toutefois quelques réalités à mettre en perspectives.

Qu’est-ce que les vendanges ? Pour la partie lexicale vendange vient du latin vindemia, de vinum, vin, et demere, récolter. C’est la récolte des raisins arrivés à maturité, celle que l’on souhaite obtenir.

Des analyses permettent de disposer du rapport degré alcool potentiel / acidité.

Il est de coutume que les syndicats et coopératives indiquent ou imposent des ratios. Ils imposent également le ou les cépages et la typicité des vins attendus.

Les vignerons ayant leur propre pressoir et cuverie vont être pour leur part plus investis dans l’analyse de ces maturités. Ces vignerons, maitrisant leur travail et connaissant leur terroir arrivent en croquant une baie à imaginer le vin pouvant en découler et le travail qui leur sera nécessaire en vinification.

Dans l’hémisphère nord la majorité les vendanges à lieu entre fin août et fin septembre, même si on remarque depuis quelques années, une précocité due au changement climatique. Ainsi les vendanges 2018 ont démarré dans certaines régions sur des variétés précoces de raisin.

La maturité phénolique (qui détermine la qualité des matières colorantes et des tanins) permet quant à elle une analyse plus aromatique des baies.

Comme pour tout, la mécanisation apporte son lot de violence. Il est triste de voir des machines, passer entre les rangs, arrachant les grappes, scalpant les ceps. C’est pratique certes mais rien ne remplacera l’œil, la main d’un vendangeur briefé par un vigneron qui lui expliquera pourquoi telle grappe doit être récoltée et pas telle autre. Il n’y a aucune raison qu’un raisin ramassé en bonne santé, aux bonnes maturités, trié et sélectionné fasse un mauvais vin.

Un vin que l’on qualifie de vert, est principalement le résultat d’une trop forte acidité (le raisin n’ayant pas été cueilli à maturité).

 

Tout comme le travail à la vigne les vendanges sont une période cruciale pour le vigneron.

 

La vigne sous la plume

par La vigne sous la plume

Structure de production événementielle basée à Lyon