Les régions ont leur quille mais pas pour ce qu'on imagine

Le pourquoi du comment

Catégories : #lePourquoiDuComment

Les régions ont leur quille mais pas pour ce qu'on imagine


Suite à l'article de janvier P'tit hommage à la bouteille sur les différences de taille des bouteilles de vin en terme de contenants, nous nous penchons aujourd'hui sur leur forme. En effet, à chaque région sa forme de bouteille mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, elles ne jouent pas de rôle identitaire malgré la reconnaissance qu'elles rencontrent toutes. Cependant, seulement un petit nombre d'entre elles sont réglementées par l'INAO (Clavelin, Flûte Alsacienne et Muscadet). Attention donc de ne pas toujours vous fier qu'à l'apparence ! La différence de forme de ce précieux contenant n'influe aucunement sur son contenu, soyez sans crainte !

Frontignan ou Bordelaise pour les vins de Bordeaux, elle est également utilisée dans le reste du Sud-Ouest de la France (exceptée la Gaillacoise réservée aux vins de Gaillac). Par la renommée de ses contenus, elle est considérée comme la bouteille "classique" pour des vins de qualité. Beaucoup plus conique par le passé, elle a pris des épaules pour épouser une forme beaucoup plus cylindrique afin de renforcer sa robustesse. Il faut savoir que les crus de Bordeaux font partie des exportations les plus importantes du vin français.

La Bourguignonne, célèbre dans le monde entier et pas seulement en Bourgogne, est aussi appelée "feuille morte" en raison de sa couleur le plus souvent brun/kaki qui rappelle les feuilles d'automne tombées de l'arbre. Ses épaules sont moins marquées que sa voisine bordelaise mais son corps est beaucoup plus large.

Une de ses variantes est la Ligérienne. Plus fine, elle est utilisée pour les 86 AOC des vins ligériens, leur nom correspondant pouvant être gravé au bas de la bouteille à exception de l'Angevine qui s'orne du blason du Val de Loire.

Dans le Jura, on parle de la Clavelin qui est exclusivement utilisée pour son fameux vin jaune (AOC Château-Chalon). Au lieu des 75cl réglementaires, elle n'en contient que 62 et sa forme rebondie est particulièrement reconnaissable avec des épaules larges et très marquées. Pourquoi cette contenance spécifique ? Parce qu'elle tient compte de la Part des Anges, l'évaporation qui survient au cours du vieillissement du vin en fût. On remplit donc à chaque fois le fût de nouveau à ras bord jusqu'à sa mise en bouteille. Cette opération s'appelle l'ouillage et n'est pas effectuée pour ce type de vin, la contenance tenant compte de l'évaporation. Les AOC Côtes du Jura, Etoile et Arbois qui produisent aussi des vins jaunes sont soumises au même contenant.

Les Côtes-du-Rhône se réservent, quant à eux, la Rhôdanienne dont l'origine pourra se retrouver gravée directement sur la bouteille.

Plus large que la bourguignonne mais quelque peu similaire, la Champenoise est typique au champagne et à sa région bien évidemment éponyme. Célèbre dans le monde entier, elle se pare le plus souvent d'un "sleeve" (habillage intégral graphique) en plus de ses indémodables coiffe, muselet et collerette qu'on lui connaît. Dans ce fameux contenant, le champagne exécute sa seconde fermentation qui donnera ses fabuleuses bulles.

L'Alsace dispose de deux choix de flacons : la Flûte Alsacienne (AOC vins d'Alsace ou Alsace) ou la Jura dont cette dernière sert aussi aux vins de Jura (excepté vin jaune vu ci-dessus). La première est très fine et allongée alors que la seconde est large (ses épaules dépassent même son socle).

Comme son nom l'indique, la Muscadet est réservée au vin de Loire du même nom propre à l'AOC Muscadet-sur-Lie. Très allongée par ses épaules "cassées" et sa vague en relief, signe distinctif unique, elle surprend par sa singularité.

Quant aux Provençales, elles jouent d'originalité entre la Côte-de-Provence, la Fûte à Corset ou autre type de forme oblongue. En Provence, une chose est sure, on s'en donne à coeur joie, surtout quand il s'agit d'embouteiller son précieux rosé !!!