Se former aux métiers du vin

Actualités

publié le lundi 04 juin 2018 à 10h00

Se former aux métiers du vin

Si la France fait partie des nations leaders en terme d'exportation de vin, la filière recense plus de 250 000 postes tous métiers confondus, de vigneron, à oenologue, sommelier ou expert agricole, sans compter toutes les activités liées à la gestion d'un cave ou d'un domaine, le nombre de formations est conséquent. Vous songez à rejoindre le secteur mais vous ne savez pas encore quelle formation suivre, voici quelques éclaircissements...

Tout d'abord, les métiers de la vigne sont susceptibles d'intéresser les adeptes de la nature et de l'agriculture, il existe des formations initiales de type Bac Pro Conduite et Gestion de l'Exploitation Agricole (CGEA) option vigne et vin ou le BTSA Viticulture Oenologie pour devenir ouvrier agricole (conduite de la vigne, gestion exploitation). Il existe également des formations courtes ouvertes à partir de la 3ème ou après le baccalauréat. Sans oublier qu'il s'agit du patrimoine français, la production et la commercialisation de vin est un savoir-faire et une valeur sure recherchée partout dans le monde.

Quant au poste de chef de culture, il sera nécessaire de suivre un BTS Agricole ou spécialisé directement Viticulture oenologie au préalable. La faculté d'oenologie de Bordeaux propose également un doctorat pour aborder cette spécialité.

Si c'est devenir oenologue qui vous passionne, vous devrez passer le Diplôme National d'Oenologue (DNO) qui permet également d'exercer le métier de chef de cave ou de directeur technique. En pré-requis, il sera nécessaire d'avoir déjà une licence en poche dans le domaine des sciences biologiques, chimiques, agronomiques ou un diplôme d'ingénieur (scientifique ou agricole). Seules l'ENS d'agronomie de Montpellier, les universités de Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Reims et l'Institut Jules Guyot à Dijon délivrent ce diplôme.

Oenologue, caviste, maître de chais, ces métiers sont reconnus partout et très recherchés à une époque où la qualité prime désormais sur la quantité. Il faut donc des connaisseurs en la matière qui vont maîtriser toutes les techniques de vinification, de dégustation, et d'exploitation pour garantir un savoir-faire à toute épreuve. Métier de l'ombre, si on veut, mais le vin ne serait rien sans eux. De plus les oenologues qui ont suivi un cursus commercial ou en communication sont d'autant plus recherchés par les producteurs qui ont besoin de mettre en avant et de vendre leurs vins bien évidemment.

Concernant le métier de caviste, la passion ne suffit pas à l'art du conseil et de la vente. Pourtant peu de formations existent. L'école hôtelière de Vannes dispense un diplôme de technicien conseil en commercialisation des vins via la FNCI. Parfois, les CQP vendeur conseil caviste et les fameuses formations courtes WSET (Wine & Spirit Education Trust) mondialement reconnues permettent de valider ses acquis.

Pour ceux qui aiment à évoluer au sein de la restauration, cap sur le métier de sommelier via un CAP ou un BP selon les écoles hôtelières qui proposent ses formations. Elles sont pour le moins nombreuses en France.

Après, il existe aussi des formations courtes pour ceux qui souhaitent se spécialiser via le Droit Individuel à la Formation (DIF). Les formations sont intensives et sur quelques jours seulement. L'Ecole du Vin à Paris propose des cours et des formations diplomantes aux amateurs comme aux professionnels. Ce sont souvent les seules qui peuvent être financées quand on ne choisit pas une formation en alternance. le secteur embauche et a besoin que ses professionnels puissent continuer à se former tout au long de leur carrière.

Aujourd'hui, il y a également un domaine qui est en plein essor : l'oenotourisme. Plusieurs licences professionnelles sont proposées dans diverses universités (Angers, Nîmes, Bordeaux) pour lier projets culturels et métiers du vin en favorisant l'attractivité touristique à travers les vignes et les domaines et châteaux. Idéal pour ceux qui aiment être au contact des gens et être réflecteur d'une identité propre qui se doit d'être partagée et racontée par l'histoire, par les techniques mises en place pour la biodiversité, la vie d'une exploitation au delà de ses vignes.

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib

Elise de la WinameeTeam