Au Pif Nature, parce que le hasard n'existe pas !

Actualités

publié le lundi 19 mars 2018 à 14h00

Au Pif Nature, parce que le hasard n'existe pas !

Au Pif Nature accueillait sa seconde édition à Thiers (63) à la salle Jo Cognet le samedi 17 mars de 10h à 20h. L'équipe organisatrice était à l'origine d'un précédent salon : Les Dix Vins Cochons qui a connu un réel essor très rapidement. L'effervescence a fini par faire perdre la souplesse et la dynamique recherchée par Stéphane Majeune, président du comité d'organisation. Au Pif Nature naît alors suite à cette prise de conscience avec la volonté d'être un salon familial et convivial qui, dès sa deuxième année, compte déjà de nouveaux membres, avec de jeunes vignerons fiers de faire découvrir leurs vins naturels. Lui-meme est d'ailleurs à l'initiative de ces "rencontres naturelles" ayant été vigneron au Domaine Peyra (Auvergne) jusqu'en 2006 et désormais propriétaire d'une Cave à Manger Mauvaises Herbes à Sens (89). 

Si sur les 22 exposants, presque toutes les régions de France étaient représentées, c'est aussi l'occasion de rencontrer l'Atelier de coutellerie Perceval, les produits Sardes, la Ferme des Cormier qui prépare sa viande pour le repas du soir qui se déroule dans la salle et auquel vignerons, bénévoles et même quelques badauds sont conviés... toujours dans l'esprit de convivialité recherchée. 

Puis, c'est aussi la rencontre de l'auteur et ancien caviste François Caribassa tout à fait à son aise sur les salons de vins même si son livre Qu'est ce que boire ? paru en septembre dernier, pourrait braquer certains connaisseurs. Il dépeint et analyse que la dégustation (technique) ne servirait pas à grand chose et qu'elle irait justement à l'encontre de la démocratisation du vin et serait même contre-productive. Issu d'une formation littéraire puis d'une formation en oenologie, il a pour projet de continuer à écrire et pourquoi pas un roman qui traiterait de nouveau du vin... Affaire à suivre !

En tous cas, le vin naturel, "vin vivant" comme aime à l'appeler Florence Datessen, caviste thiernoise au Brin de Zingue qui en connaît un rayon sur les vins nature et biodynamiques, proposant elle-même plus de 500 références à la vente et soutient chaque initiative qui permet de mettre en lumière les vins "sans sulfite". Si ces vins n'arrêtent pas de bouger, cela ne veut pas dire qu'ils ne pourront pas être conservés, même si on ne parle pas de vins de garde. Comme dans toute élaboration du vin, c'est la maîtrise de la vinification qui est importante et qui fait toujours toute la différence. 

Si vous avez envie d'être bluffé et de retrouver le goût profond de vos terroirs, foncez au rendez-vous nature le plus proche de chez vous, ils méritent le détour et même un petit peu plus !  Avec pour finir un très gros coup de coeur pour le Ptit Grain, Côtes Catalanes blanc à l'explosion d'agrumes du Domaine de l'Immortelle et de la passion partagée d'Yves Bouvier pour nous avoir conté l'histoire de ses vins et de son métier surtout !

Les domaines qui étaient présents : Clos des Cimes (Côtes du Rhône), Les Baraques (Ardèche), Domaine du Chevet (Bourgogne), L'Alezan (Ardèche), Domaine la Bohême (Auvergne), Domaine de l'Immortelle (Côtes du Roussillon), Pierre Boyat (Mâconnais), La Vrille et le Papillon (Ardèche), Domaine du Fils d'Eole (Ardèche), Pierre Gobet (Côtes Roannaises), Domaine du Matin Calme (Languedoc Roussillon), Heidi et Hubert Hausherr (Alsace), Domaine Henri Milan (Provence), Domaine Lambert (Chinon), Clotaire Michal (Beaujolais), La Grange Saint André (Languedoc Roussillon), Domaine de la Roche Buissière (Côtes du Rhône), Gaec Rols et Rols (Aveyron), Johan Tete (Vallée du Doux), Trescol E Bouit (Ardèche), Domaine du Moulin (Cheverny), Karim Vionnet (Beaujolais).

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib