Dans les pas de Stan à Prowein

Sur les salons

publié le jeudi 25 avril 2019 à 08h00

Dans les pas de Stan à Prowein

Après un premier trimestre chargé en déplacements et beaucoup de mouvements dans le cadre de Winameety, nous avons parcouru avec mes collègues pas mal de kilomètres et dégusté aussi beaucoup de vins.

Au milieu des moments calmes chez les vignerons et leurs vignobles il y a eu aussi quelques instants de bravoure dans des salons réservés aux professionnels. Le plus important, en taille et en intérêt commercial, est certainement Prowein à Düsseldorf  qui s'est tenu du 17 au 19 mars 2019 et qui fêtait ses 25 ans.

 

La grand-messe du commerce de vin a lieu tous les ans en Allemagne dans la Ruhr, au milieu des grandes industries allemandes, point stratégique pour une Europe encore bien présente en termes d’achats, mais pas uniquement.

Car ce carrefour que représente la dorsale européenne, et cette conurbation géante, permet aux acheteurs du monde entier de se donner rendez-vous là-bas. Et les autres continents viennent également présenter leurs derniers millésimes ou leurs savoir-faire.

 

Dans l’ordre on retrouve évidement tous les pays européens, avec les 3 grands du sud, France Espagne, Italie, et leurs grandes régions bien représentées, puis l’Allemagne, l’Autriche, les pays du nouveau monde, USA, Chili, Argentine, Australie, etc… Au milieu de cela de nouveaux venus essayent de montrer leurs qualités et d’exister face aux mastodontes précités… Nous citerons les Balkans, la Turquie, pour des vignobles anciens mais aussi des plus jeunes avec l’Angleterre par exemple.

 

Prowein est un énorme salon, intense, organisé.

Chacun prend ses rendez-vous pour être le plus efficace possible car le salon est immense et on peut y perdre rapidement du temps… C’est une fourmilière ou plutôt une ruche avec ses milliers d’abeilles qui filent dans tous les sens. Master class par ci, dégustation syndicale par-là, impossible de tout faire et pourtant…

 

J’en ai personnellement profité pour reprendre mes marques sur des vins que je n’avais pas dégustés de longtemps comme les vins de Bordeaux avec les Crus Bourgeois, les grands crus également, magnifiques Sauternes une fois encore, ces vins un peu délaissés méritent vraiment nôtre intérêt.

 

L’Italie garde mes faveurs de longue date car la singularité de leurs vins me donne à chaque fois beaucoup de plaisir et les styles sont assez différents et uniques.

Mais cette année mon coup de cœur sera lointain avec une belle dégustation de vins de Californie, et je regrette de ne pas avoir pu aller plus loin sur leurs stands, car fait un peu en dernier.

Les prix affichés sont en revanche à faire peur car les niveaux atteints sont très élevés… mais il faut avouer que les styles ont encore évolué, et certains chardonnays sont étincelants. Les cabernet, bordeaux blend style, sont époustouflants lorsqu’ils sont parfaitement réussis.

 

Je n’ai pas pu déguster les vins d’Oregon, de Washington State, et me suis contenté des vins de Napa, sur un stand dédié ou certains vieux millésimes étaient présentés.

Il faut avouer que les vins présentés par Roy, Schaffer ou Palmheyer étaient vraiment de haut niveau. Un superbe Saintsburry blanc également, bien plus raisonnable en tarif. À noter que certains de ces californiens chers étaient vraiment loin de la qualité des autres… À bon entendeur...

  

Je pourrais écrire un roman sur ce salon où nous avons passé trois journées assez intenses et beaucoup marché. Une belle expérience à renouveler pour découvrir ou redécouvrir encore plus de vins, notamment de vignobles en devenir, historiques ou non.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.