Les vins de méditerranée

Vins étrangers

publié le vendredi 09 novembre 2018 à 08h00

Les vins de méditerranée

Destinations prisées pour les grandes vacances, certains de ces lieux sont aussi et bien avant le tourisme des régions idéales pour la vigne, qui comme on le sait est une culture méditerranéenne de base.

Vins, olives et miel étaient le quotidien des colons des côtes égéennes et de la culture gréco-latine. 

On trouvera donc autour du bassin de la Méditerranée de nombreux vins plus ou moins qualitatifs et parfois historiques en termes de goûts ou de vinifications.

 

 

Cultivée depuis environ 7000 ans d’abord en Mésopotamie, la vigne se répand ensuite tout autour des contrées avoisinantes à la suite des diverses invasions, guerres, déplacements de population. Turquie, Israël, Liban, Syrie, Grèce puis ce qui deviendra l’Italie, seront tour à tour colonisés par cette liane d’origine perse.

 

Assez résistante à la sécheresse la vigne sera donc la compagne idéale des premières grandes civilisations et de ses repas, fêtes et banquets.

Des vins originaux verront le jour car l’œnologie n’avait pas encore permis de stabiliser et faire vieillir les vins dans de bonnes conditions.

Première boisson fermentée au monde, le vin sera souvent modifié, aromatisé. Ici on ajoutera du miel, là des épices ou des herbes aromatiques.

On conserve le plaisir de l’alcool et son ivresse à travers ces méthodes, pour éviter de boire un vinaigre ou vin oxydé sans grandes qualités.

Il fait chaud, et les vins sont souvent à l’air libre, stockés en amphores, ou jarres.

 

 

Naitrons ainsi des vins tels que le fameux résiné, ou les vins jaunes de la côte adriatique. Nés sur des terres calcaires, aux blancheurs immaculées ces vins sont aujourd’hui toujours produits, mais depuis quelques décennies nous trouvons autour de notre bassin méditerranéen des vins de tous styles et horizons. L’histoire aura vite oublié les vins de la colonisation aujourd'hui disparus, mais le Maghreb a produit durant 150 ans ou presque des vins de qualité variable qui ont arrosé les tables françaises du 20e siècle. 

 

De nos jours il faut regarder du côté de la Corse, de la Sicile, de la Crète, du Liban, de la Slovénie, pour trouver d’ailleurs de grands vins typés, parfois très originaux, aux qualités incontestables. Les divers conflits, révolutions, et autres coups d’états modifient aussi malheureusement une production qui parfois ne peut tabler sur le long terme pour enfin donner le meilleur d’elle-même.

Tous possèdent d’ailleurs des cépages autochtones adaptés à leurs climats et sols. On se tournera peu à peu vers la Turquie pour voir ce que ce grand producteur de raisins de table et Corinthe pourront nous apporter.

 

A ce jour on se concentrera pour les meilleurs vins sur la Côte Slovène ou Friuli italiano, pour des blancs ronds et flatteurs, les vins orange, sur le Etna Rosso et Bianco de la Sicile plein de fraicheur rappelant nos pinots noirs continentaux.

L’Assyrtiko grec et ses blancs singuliers, n’oublions pas la Sardaigne avec des Cannonau capiteux, et évidement les Patrimonio, ou Ajaccio de Corse.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.