Le cépage étalon de la maturité. Stan nous parle de... ?

Les Cépages européens

publié le samedi 04 mai 2019 à 08h00

Le cépage étalon de la maturité. Stan nous parle de... ?

 

Bon sang mais c’est bien sûr, nous aurions dû débuter par lui, depuis le tout premier article !

Mais pourquoi donc tant d’excitation de mon côté me direz-vous ? 

Parce qu’il est la base de tout ou presque, non pas de tous les cépages, mais il est le repère, notamment pour parler de maturité et de leur époque !

 

Qui, mais qui est-il ???

 

C'est le chouchou de la Suisse, du Valais, de la pentue Epesses, Lavaux et de nos étals en automne... Le Chasselas, ou fendant des helvètes voisins.

 

Qu’a-t-il donc de si particulier ce cépage blanc à la chair juteuse et parfumée tant appréciée de nos palais, car en France on lui a même dédié une AOC à Moissac tant il est apte à la table ?

En effet c’est un raisin de cuve originaire de Suisse, probablement du Vaudois, et qui a trouvé en tant que fendant une terre d’élection en Valais.

Il est connu techniquement comme la référence des époques de maturation, il est le zéro, l’étalon, précoces seront avant lui, tardifs après.

 

 

Cépage blanc tirant sur le doré au fur et mesure de sa maturation, il n’est pas très acidulé, voir mou parfois.

Il faudra donc faire attention à ne pas le laisser mûrir trop longtemps ou avec trop de rendements. Il est relativement sensible à certaines maladies, comme l’excoriose, mildiou et oïdium. Il est taillé indifféremment long ou court, mais sera vigoureux et débourre tôt. Cela le rend sensible aux gelées d’hiver et de printemps.

 

On le retrouve en France dans quelques appellations du Bugey, Savoie, Ripaille, Alsace et plus curieusement Pouilly Sur Loire.

C’est en Suisse qu’il est le plus réputé et le plus utilisé sous l’appellation Fendant en pays valaisan. Les pentes de Lavaux, lui offrent également 2 Grands Crus ou il peut s’épanouir pleinement et donner des vins raffinés et délicats qui accompagnent si bien les filets de poissons pêchés non loin dans le Lac Léman.

 

Senteurs florales, aubépine, menthe citronnée, le vin est peu acidulé et on le boira donc jeune, sahauf peut-être sur les crus vaudois ou valaisans ou il peut donner des vins de plus grande garde et ampleur. Il reflète lors un territoire/terroir en exprimant des qualités propres à des sols et environnement de grande valeur pour le vin, coteaux ensoleillés, pentes fortes, sols, vignerons tenaces et rigoureux...

 

https://www.ovv.ch/

  

Curieusement en France on le connaît surtout pour ses aptitudes de table notamment avec le Chasselas de Moissac qui donne de petites grappes bien dorées aux taches rousses quand il est bien mûr. Les viticulteurs lui offrent des soins de tout premier ordre pour en faire un fleuron de notre gastronomie.

 

Il couvre 60 % de la surface du Canton de Vaud avec des crus premiers et Grands, Calamin et Dezaley. Moins important en Valais il est tout de même le premier des cépages blancs et donne des vins regardés du monde entier sur Fully, Martigny, Sion, ...

Il est présent ensuite en Allemagne avec environ 3000 Ha dont un bon tiers en Bad Wurtenberg sous le nom de gutedel.

 

L’été frappe à la porte, et même si ce cépage peu connu en France est plus utilisé pour les fondues que pour la grande gastronomie, n’hésitez pas à passer la frontière et flâner sur les pentes de Lavaux ou du Valais pour déguster un bon fendant !

(ndlr) Villeneuve-lès-Maguelone dans l'Hérault, au sud de Montpellier, fût longtemps la capitale française du Chasselas de table.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.