Comment réduire l'impact environnemental des emballages ?

Le pourquoi du comment

publié le mercredi 14 novembre 2018 à 08h00

Comment réduire l'impact environnemental des emballages ?

 

Mardi 13 novembre Adelphe et l'Interprofession des Vins Pays d’Oc IGP organisaient une réunion sur ce thème.

Adelphe (www.adelphe.fr) est une entreprise dont la mission est d'accompagner les entreprises dans la réduction de l'impact environnemental des leurs emballages. 47% de ses clients appartiennent au monde du vin et des spiritueux.

En BIB ou en bouteille le vin est consommateur de beaucoup d'emballages.

 

 

Bouteille, bouchon, étiquettes, cartons, poche des BIB, palettes, films plastiques sont autant de composants qui ont un impact fort sur l'environnement… et les coûts de revient !

 

Il est donc important d'avoir une véritable réflexion à ce sujet.

 

Allègement, suppression, amélioration de la recyclabilité, utilisation de recyclés, renforcement de l'information des consommateurs sur le tri constituent des axes de la réflexion.

Comme le dit Constance Rérolle d'Adelphe : " Tout ce qui bien trié est bien recyclé "

A titre d'exemple l'allégement de 100 g sur une bouteille de type bordelaise diminue la consommation de verre et engendre une économie de 350 € la tonne. Ce n'est donc pas anecdotique.

87% du verre est actuellement recyclé en France. Cela signifie qu'en amont il est correctement trié, et collecté. Ensuite il est fondu afin de créer de nouvelles bouteilles. Divers impératifs tel que la non standardisation des bouteilles, par exemple, rend cette étape très énergivore incontournable.

 

 

Sauf pour les bouteilles consignées !

 

Deux exemples vertueux sont intéressants à étudier.

A paris la maison Richard dont la clientèle est exclusivement constituée de CHR (Cafés, Hôtels, Restaurants) a développé une gamme de produits vertueuse : le Titi (http://www.letiti-maisonrichard.vin/) .

Tout a été pensé afin de limiter l'impact environnemental des vins. Bouteilles consignées grâce au service de livraison intégré, matière et taille des bouchons, étiquettes, choix des encres, transport en caisses réutilisables sont autant d'engagement en faveur de l'environnement. Certes ce modèle n'est pas transposable partout.

La chaine Nicolas teste de son côté la mise en place des consignes permettant un tri en amont du type de bouteilles.

 

Pour les BIB c'est l'origine et le grammage du carton, l'utilisation d'encres minérales ou végétales pour l'impression effectuée sur le support, le robinet (présence d'un opercule, languette d'inviolabilité), matières utilisées pour l'outre, poignée plastique qui sont à prendre en compte afin de minimiser les coûts et l'impact environnemental.

 

Les vignerons, les coopératives, les négociants doivent challenger leurs fournisseurs afin de les inciter à éco concevoir leurs emballages.

 

Merci à Linda Filone de IGP Pays d'Oc, Delphine Pernot, Constance Rérolle et Isabelle d'Adelphe pour leur accueil et leurs présentations.

Crédits photos : Fotolia

 

François Guerard

par François Guerard

J'aime le vin ! Le déguster mais aussi les femmes et les hommes qui le font avec passion !