Bien réussir sa dégustation de vin grâce aux bons contenants

Le pourquoi du comment

publié le dimanche 24 mars 2019 à 08h00

Bien réussir sa dégustation de vin grâce aux bons contenants

 

Régulièrement on se retrouve avec de très bons vins, mais aussi sans le bon verre, pas ouvert à l’avance, trop chaud, trop froid, etc....

Dans de mauvaises conditions, notre grand cru ou même notre vin de tous les jours risque de passer au travers. 

Le vin reste pour le plaisir mais essayons de le mettre dans la meilleure des positions possibles.

Après mon article sur le moment idéal pour l'ouverture d'un vin  (Lire l'article), aujourd'hui je vous parle des verres et carafes.

 

Les verres :

 

Indispensable à une belle soirée vin, un verre bien ouvert, large et qui se referme sera un bon partenaire (J'ai testé 5 verres, découvrez mes commentaires)

 

Les blancs sont assez polyvalents en termes de verrerie. On appréciera un buvant assez fin (le buvant est « la sensation » plus ou moins fine lorsque l’on met le verre à la bouche).

 

Pour le Champagne et les effervescents on reste sur une flûte mais si elle peut être aussi en forme de tulipe ce sera encore meilleur. On concentrera les arômes, les bulles seront bien en place, et on gardera la finesse du verre, ainsi que de la fraîcheur.

 

Chaque vin aura son verre, mais les types universels sont déjà de beaux produits et offrent un compromis.

 

Les vins tanniques rouges aiment des verres larges et assez hauts, alors que les cépages plus frais ou élégants, se délectent d’un verre très large à la base.

 

On peut oublier les petits verres de type INAO, ballon, etc…, on trouve aujourd’hui à des tarifs raisonnables des verreries de qualité qui permettent de se faire plaisir.

 

 

Le contenant :

 

Carafer les vins jeunes est indispensable, notamment des vins puissants, type Languedoc, Bordeaux, Shiraz australiens.

La durée de carafage est assez variable mais 2 à 3 heures est une bonne moyenne.

Certains vins ont besoin de plus, des Syrahs de Rhône nord, Nebbiolo du Piémont par exemple.

Dans ces cas on essaiera de les ouvrir le matin pour le soir.

 

Certains ont besoin de longues oxydations surtout sur leur jeunesse : Nebbiolo, Syrah, Gamay, Cabernet(s) Ils craignent peu l’air !

À l'inverse attention au Grenache qui est sensible à l’oxydation.

Certains Pinot Noir le sont également, notamment ceux venant de pays un peu chauds, Nouvelle Zélande, Oregon, Italie...

 

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.