Jules Chauvet, initiateur de la dégustation et du vin naturel

Au fil des rencontres

publié le mardi 24 avril 2018 à 08h00

Jules Chauvet, initiateur de la dégustation et du vin naturel

Si le domaine Lapierre, visité par Cyriane (voir article) reste forcément associé à Jules Chauvet. Nous avons décidé de consacrer cet article à ce grand nom du vin qui était un visionnaire en son temps (1907-1989). Au delà d'avoir repris l'activité de son père et de son oncle au sein de la société de négoce familiale à La Chapelle-de-Guinchay en Beaujolais, Jules Chauvet adore son métier et surtout être au plus près du vin, c'est à dire des vignes bien sûr et de la terre. Vigneron de coeur et d'esprit, Jules Chauvet ne se débrouille vraiment pas trop mal en chimie et fait volontairement le choix d'approfondir ses connaissances en la matière. Il écrira d'ailleurs plusieurs oeuvres scientifiques, notamment sur la fermentation malolactique et la macération carbonique.

Il est aussi surtout l'initiateur du vin naturel qu'il aura défendu toute sa vie en tant qu'expert et d'une très longue mise en pratique. Alors que la viticulture et l'agriculture entrent dans l'ère moderne à grands coups de composés chimiques, Jules Chauvet démontre justement au viticulteur qu'il doit continuer à être patient et à écouter ses vignes pour ne pas altérer le goût pur du raisin tout en produisant du bon vin. Fin pédagogue, il expliquait comment élaborer son vin à faible degré tout en le laissant fermenter seul sans intrants pour laisser le terroir s'exprimer pleinement. Il reconnaissait déjà (dans les années 1950) le danger que comportait l'usage de levures chimiques et non indigènes, ainsi que l'importance des arômes et le choix des engrais à utiliser. Ses ouvrages sont aujourd'hui des guides pour les vignerons sensibilisés à la vinification naturelle. Jules Chauvet expliquait aussi qu'un vin qui nous attire n'est pas forcément bon et vice versa. Les deux ne vont pas forcément de paire. Comme les déclarations pimpantes qui brassent du vent en terme de dégustation, il les avait en horreur. Si on doit appeler un chat un chat, on doit appeler un arôme par son nom et non faire de l'impressionnisme pour, en réalité, épater la galerie.

Reconnu comme l'un des meilleurs dégustateurs au monde, Jules Chauvet était allé apprendre aux côtés des meilleurs nez, auprès des parfumeurs de Grasse, capitale mondiale du Parfum. Voilà pourquoi la dégustation oenologique est un apprentissage et un art à part entière (L'Arôme des vins Fins, conférence donnée à Mâcon en 1950). Il a toujours souhaité allé aux bout des choses, ce qui fait que même 30 ans plus tard, ses recherches sont toujours en cours d'archivage tant il amenait de précisions dans toutes ses investigations.

Aujourd'hui ses ouvrages sont difficiles à retrouver puisque son fidèle éditeur Jean-Paul Rocher a lui aussi disparu mais son nom restera éternellement ancré dans le monde du vin.

"Déguster, c'est comparer, c'est donc à la base connaître. Pour connaître il faut multiplier ses investigations en observant, en notant ses impressions. Mais il faut savoir aussi que nos sens sont imparfaits, et que pour les rendre fidèles, la volonté, l'attention sont indispensables. Le temps aidant, car l'expérience est fort longue, la dégustation réfléchie procure au dégustateur l'amour du Beau, du Vrai, du Vin, la joie profonde de pénétrer dans ce domaine où la nature se plaît à concentrer son génie". - Jules Chauvet dans L'esthétique du vin

A sa mort, le domaine a été repris en viticulture conventionnelle, ce que sa petite nièce n'a ni pu, ni voulu laisser faire. Elle a alors fait appel aux vignerons de la région, convertis au naturel, tels que Marie Lapierre (femme de Marcel Lapierre), Jean Claude Chanudet, Yvon et Jules Métras, Christophe Pacalet, Marcel Joubert et Jean-Jacques Robert pour reprendre chacun plusieurs parcelles et les travailler selon leur conviction, et celle de son grand oncle bien évidemment.



Ses différents ouvrages :

  • Jules Chauvet, L'esthétique du vin, Paris, J.-P. Rocher, 2008
  • Jules Chauvet, Études scientifiques et autres communications : [1949-1988], Paris, J.-P. Rocher, 2007
  • L'Arôme des vins finsLe Vin en question, entretien avec Hans Ulrich Kesselring, J-P. Rocher éditeur, Paris, 1998
  • Vins à la carte. millésimes, Paris, J.-P. Rocher, 1998
  • La dégustation des vins, son mécanisme et ses lois, Évelyne Léard-Viboux & Lucien Chauvet, Jules Chauvet, naturellement..., Jean-Paul Rocher éditeur, Paris, 2006
Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib