La saison des vins de glace

Actualités

La saison des vins de glace

Depuis vendredi et ce jusqu'au 28 janvier, la région du Niagara au Canada présente son festival des vins de glace, toujours tant attendu. Si la période hivernale n'épargne pas nos viticulteurs surtout avec le gel, pour les vignerons canadiens, c'est justement en sa compagnie que les récoltes battent leur plein. Malheur aux températures clémentes, pour eux, si le mercure ne descend pas en dessous de -10°C, leurs vins de glace ne seront pas à la hauteur de ce qu'ils doivent être.

Mais en quoi consiste ce vin de glace ? Il est tout simplement produit à partir de raisins gelés et s'apparente à un vin légèrement liquoreux qu'on apprécie avec des mets sucrés. Il lui faut un mois pour que la fermentation soit complète. Et comme tout vient à point à qui sait attendre, sa douceur et son onctuosité ne laissent aucun doute quant à son intéressant résultat. Il faut également le laisser vieillir un petit peu pour qu'il soit à point. 

Si les américains s'y sont également mis depuis un petit moment, le vin de glace n'est pas non plus étranger en Europe. L'Allemagne et l'Autriche le produisent également mais en France, le climat trop doux ne donne pas le gel escompté. Au Canada, c'est l'Ontario qui produit plus de 80% du vin de glace dans le monde.

Pour nos voisins américains (actuellement sous le blizzard), canadiens et québécois, l'année 2018 s'annonce déjà comme la meilleure des années pour la production de vin de glace. Certains attendent cela depuis 20 ans. Les vins de raisin ne sont pas les seuls à connaître une fulgurante ascension chez les connaisseurs, c'est également le cas pour les vins de cidre avec d'ailleurs une belle séparation de l'eau et du sucre, à savoir que les pommes cuisent également très bien dans l'eau gelé et restent sucrées comme au temps de la récolte. 

Il ne suffit pas que le raisin soit récolté gelé pour rentrer dans la lignée de l'appellation. Le vin de glace doit également provenir d'une liste approuvée de cépages, plantés dans la région. Le jus pressé, à l'entrée de la fermentation doit être de 32°B (degrés Brix) au moins alors que le moût final doit avoir une concentration de 35°B. Le sucre résiduel du vin doit être au moins de 125 g / L et il ne doit y avoir aucun apport supplémentaire en sucre que celui contenu dans les grappes récoltées.