Visite au domaine Gonon

Au fil des rencontres

publié le samedi 25 août 2018 à 10h00

Visite au domaine Gonon

Visite au domaine par fortes chaleurs, passage dans les vignes, d’abord sur Mauves au lieudit Saint Joseph, où nous regardons l’ensemble des vignes locales, dont celles de Gripa, Chapoutier, et les leurs hautes sur le Coteau, très hautes, avec une petite partie sur un rognon en bas de pente.

Face à elle, mais nous y reviendrons plus tard, des jeunes vignes et des IGP, qui donnent de très jolis vins également.

Après un court passage sous les mythiques vignes de JL Grippa, et la petite tour restaurée, La visite se poursuit à St Jean de Muzols sur la parcelle principale dirons-nous, sous le chêne, un plateau orienté au sud qui fait face au Rhône et à la colline de l’Hermitage. Splendide, autant pour la vue que la situation.

Les vignes sont superbes, malgré de grosses chaleurs, de jolies feuilles vertes, non rognées, non écimées, un travail d’orfèvre. Un peu plus de 2ha donnent ici naissance au Si typique, particulier, et unique St Joseph de Pierre et Jean Gonon. Certains quasis centenaires, et toujours fringantes !

Telles les d’élégantes danseuse elles courbent légèrement l’échine pour se retrouver deux à deux en une arche salvatrice en ces fortes chaleurs. L’ombre portée pourrait se révéler si importante dans le futur, si comme prévu les températures des années à venir continuaient à monter.

Quelques pas et nous retrouvons les vieux pieds de Chasselas, qui se dorent et se goutent merveilleusement bien. Idéalement situé, mais ici beaucoup de vignes le sont, cet arpent donne en partie 2 vins que nous dégusterons un peu plus tard.

Sur le retour nous passons en face du Berceau et dans la plaine voici les IGP et jeunes vignes des Iles Feray. Toujours ces belles arches bien hautes, on ne peut louper ces vignes une fois qu’on a vu ce mode de culture et de palissage.

Direction la Cave, fraiche, humide, pas moite pour un sou, et très sombre après l’inondation de soleil de l’après-midi dans les parcelles.

Comme un rituel, les Zalto se remplissent d’abord du Vin De France (vdf) blanc, 2 pièces… tout est dit
Un vin vif, frais sans grande acidité mais bien fruité et avec un joli gras. Belle longueur pour un chasselas bien mûr. Historique, on sent toute une nostalgie dans ce vin, si on y prête attention, et que l’on écoute Jean parler de l’ancien propriétaire de la vigne. Sur Fût.

Blanc 2017: Anis, fenouil, puis la palette des fleurs blanches, le vin est déjà bien ouvert, bien en place, cet Olivier là en aura à raconter dans le futur, la bouche est onctueuse, riche et en même temps si minérale, bravo ! Rare sont les vins emballants en blanc de cette région pour mon palais. Celui-ci l’est. Fût.

Iles Ferlay 2017 IGP: nez délicat de fruits noirs, légèrement poivré, en bouche le vin est souple, déjà bien en place, une bonne présence avec une finale sapide. Bon jus, on est en Rhône Nord, moins de matière que les St Jo, mais une réelle élégance dans ce vin. Bon dès maintenant. Fut.

Rouge 2017: Nez de cerise mûre, tapenade, riche et figue, vraiment très réussie à cette heure-ci. Le vin n’a pas pris un poil de bois, la bouche serre très légèrement en finale, mais c’est très beau, salin, et dense. Graphite’ et caillouteux autant que des fruits noirs et la touche de viande fumée, bref un grand Nord, quelle typicité dans cette syrah profonde et légère. Grande longueur.
Demi Muid

Rouge 2016: Nez plus tendu, plus vif peut être, olive, fumée, un poil plus fermé, la bouche est à l’avenant, avec ce style marqué du domaine mais un poil plus de jus peut être, ce vin est encore une réussite mais un style légèrement plus classique, moins opulent. A garder surement. Belle longueur également.
Bouteille

Rouge 2008: oxydé

Rouge 2001: touches d’évolution, le nez est discret, mais présent, bien dans le style maison, des notes toujours un peu de viande fumée. La bouche est suave, légère, pas passée, bien en place et longue. Un vin élégant, raffiné, prêt. Attention au déclin peut être ???
Bouteille

Blanc 2016 : Anis et fenouil, moins présents, plus de fleurs et de miel ici, un nez opulent, on attend la puissance et la rondeur en bouche. Elle est là mais soutenue par une grande minéralité et tension, vraiment ces mots ici ne sont pas surfaits, le vin n’a pas d’acidité techniquement, il faut donc que cela vienne d’ailleurs car c’est sec en bouche et dans le bon sens du terme. Beau vin également.

Merci encore !!

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.