Richard Pfister ou l'art de l'oenoparfumerie

Au fil des rencontres

publié le lundi 23 juillet 2018 à 10h00

Richard Pfister ou l'art de l'oenoparfumerie

On ne peut s'intéresser au vin sans en apprécier ses arômes et ses odeurs. Si l'odorat est un de nos sens fondamentaux et que le marketing actuel surfe inconditionnellement sur cette tendance, voici le parcours de Richard Pfister qui excelle en la matière. 

Né dans une famille vigneronne sur les rives du Lac Léman, il se passionne dès le très jeune âge pour les arômes de tout ce qui l'entoure. Pas étonnant qu'il devienne ingénieur oenologue en 2004. Suite à un grave accident de moto qui l'éloigne des caves, un ami parfumeur lui propose de travailler à ses côtés et Richard découvre la parfumerie de luxe. Mais le monde du vin lui manque dès qu'il passe à proximité d'un vignoble ou d'une cave. Il décide alors de lier ses deux passions en devenant : oeno-parfumeur. Il réalise d'ailleurs sa thèse sur les "méthodologies des parfumeurs et leurs applications dans le vin" qui reçoit le prix de l'Union Suisse des Oenologues, entre autres.

Il est le seul à exercer cette profession qui lui permet de toucher à tous les registres de l'olfaction, s'il intervient majoritairement auprès de domaines viticoles qui souhaitent améliorer la qualité olfactive de leurs vins, il travaille également sur d'autres produits gastronomiques tels que les alcools forts et le thé par exemple. Il est également consultant formateur en France, en Suisse et dans d'autres pays étrangers auprès des écoles et stations de recherche en oenologie y compris ministères d'agriculture et gouvernenements.

En 2013 il publie Les Parfums du vin, paru chez Delachaux et Niestlé, guide du parfait dégustateur à l'usage des simples amateurs comme des professionnels expérimentés, vignerons, sommeliers, cavistes, oenologues ou même analystes sensoriels. On y retrouve la description de 150 odeurs représentant le spectre olfactif complet des vins ainsi que leurs défauts, les confusions qui arrivent plus souvent qu'on croit (faut bien apprendre...), les notes propres à chaque cépage, une approche de la neurophysiologie de l'olfaction ainsi que des conseils de mémorisation. Très attaché à la recherche sur les molécules, il précise qu'on en dénombre entre 500 et 1000 dans un seul vin - de quoi pousser l'expertise à son plus haut degré... Sans parti pris, son livre est justement un outil exhaustif et complet pour qu'aucun vin ne soit laissé de côté et que tout le monde puisse s'y retrouver.

Il a développé ces trois dernières années, une collection d'odeurs naturelles : Oenoflair, 152 odeurs des vins en petites fioles et de très grande qualité dont une durée de vie plus importante que les autres produits existants sur le marché. Il est actuellement en recherche active d'un éditeur pour que ce second magnifique projet puisse voir le jour prochainement. 

Quant à la nouvelle tendance de création de parfums au vin, il a effectivement déjà eu la demande pour que la fragrance soit le plus proche possible d'un cru de Saint-Emilion. En effet, ce qu'on peut dire, c'est que sa profession a de l'avenir !

Plus d'infos sur www.oenoflair.ch

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib

Elise de la WinameeTeam