Louis Magnin, 3ha et des cuvées superlatives !

Au fil des rencontres

publié le mercredi 18 septembre 2019 à 08h00

Louis Magnin, 3ha et des cuvées superlatives !

Au cœur de la Savoie, il est des vignerons emblématiques. D’autres régions ont bien sûr les leurs également mais ici avec un patrimoine aussi particulier on retrouve évidement l’esprit alpin comme au val d’Aoste, en Valais, ou Alto Adige, avec des cépages autochtones, et des conditions de travail assez particulières. Je m’arrête donc au domaine Louis Magnin qui a été depuis fort longtemps un précurseur à bien des égards. Biodynamie pour commencer, car le domaine travaille selon ces préceptes depuis déjà une petite décennie, la conversion en AB datant de 2010.

 

Le domaine autrefois composé de 9 ha est aujourd’hui fort réduit sur seulement 3 Ha. La famille Magnin continue d'y porter grand soin et attention. C’est sous la houlette des vignerons valaisans les plus célèbres que Louis Magnin a posé les bases de sa viticulture et de ses vinifications.

 

 

La gamme reste assez large malgré les petits volumes et petites surfaces, ici c’est l’inverse de l’industrie :). Le vignoble couvre surtout les coteaux les plus proches de chez eux, autour d’Arbin. On cultive ici évidemment les régionaux que sont la Mondeuse, l’altesse, et le bergeron

 

Les sols à majorité argilo calcaires varient selon les argiles et les altitudes. Certaines cuvées sont issues d’argiles rouges donnant un style aux vins, notamment La Rouge, ou les mondeuses prennent un volume et une dimension uniques.

 

 

 

 

Roussette 2016, un nez à la pointe d’oxydation, de la pomme mûre, fleurs, menthol, tendu et frais en bouche, minéral et élégant, citronné, c’est bien mais la Roussette 2015 amène un surplus de quelque chose avec un peu de passage en fut et une jolie réduction de lies, grillé, « souffré », la bouche est ciselée et précise, tendue, c’est très bon !

 

Le Bergeron 2013 aux notes de pain grillé est ouvert depuis quelques jours, mais la bouche est bien tendue et le vin sec, Bien. On atteint un autre cap avec le Grand Orgue 2013, d’abord fermé, puis grillé, légèrement réduit, les notes de miel ressortent, une belle tension, relève le tout, c’est aussi très bien, voir t bien +

 

Vertical 2013 est un vin superlatif aux notes marquées de miel et d’encaustique, pour amateurs de vins oxydatifs, en tous cas cela ressort plus que sur les autres blancs, la bouche est très grasse, riche avec une finale saline, et bien tendue, un vin très original, et pourtant bien dans sa région.

 

Nous terminons avec le Bergeron 2010 au nez de sésame grillé, truffe blanche, framboise, mangue et passion, quelques grammes de sucre résiduel en bouche ne dominent en rien la tension du vin qui possède un réel volume, surprenant et bon.

 

La Mondeuse 2014 est un pur jus de fruit et d’épices, framboise, poivre, épices, re framboise, un millésime frais mais pur, austérité en bouche, droit, acidulé, frais, on aime… Bien

 

La Rouge 2015, vieilles vignes de 70 ans sur argiles rouges, c’est un monde d’écart, millésime et style… Viandé, speck, viande séchée au nez, des fruits rouges, acidulé, grande tension et minéralité sur ce vin, Bien +

 

Tout un monde 2013, le vin semble un poil fatigué, pas de note…

Tout un monde 2012, une légère oxydation au nez, puis des arômes floraux et poivrés, la bouche est ciselée et tendue, un joli jus, c’est un vin absolu, poivré marqué en finale mais pas gênant, c’est Très Bien +

 

Fille d’Arbin 2016 est une nouvelle cuvée, en vendange entière 100% assemblée, le nez un poil végétal à des relents « nature », la bouche est très gourmande, riche avec une pointe d’alcool, poivré et très long en bouche un vin déroutant et très long, pour curieux et amateurs de vins originaux…

 

Le domaine ne produira plus les cuvées domaine après les millésimes 2017. La vigne est travaillée par Aurélien Berlioz de Chignin, qui saura sûrement en donner aussi une belle expression. C’est un peu à regretter tant les vins de Louis Magnin sont intéressants, purs et très réussis, expression simple et honnête de ce que les cépages savoyards donnent de mieux en typicité et style. Merci encore au domaine de m’avoir reçu en dernière minute…

 

Vraiment cette région et ses vignerons très authentiques est à (re) découvrir. La France sèche en ce moment mais ici les bords de vignes sont verdoyants et les montagnes calcaires vertes et accueillantes.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.