En ce début janvier nous vous présentons le domaine de l'Anqueven

Au fil des rencontres

publié le jeudi 10 janvier 2019 à 08h00

En ce début janvier nous vous présentons le domaine de l'Anqueven

 

A l’an que vèn, que se siam pas mai que siguem pas mens!

À l’année prochaine, que si nous ne sommes pas plus, nous ne soyons pas moins !  

En abrégé " A l'an que vèn ! "

C'est ainsi qu'en occitan l'on souhaite la bonne année.

C'est ainsi aussi que Frédéric Fages a appelé son domaine situé à Adissan, dans l'Hérault.

 

Ce nom est le reflet de l'attachement de Frédéric au Languedoc, à ses vins.

Il symbolise également son renouveau professionnel.

Après des années dans les services liés à l'informatique, c'est un retour à la tradition familiale qu'a opéré Frédéric.

Se déconnecter de l'immédiateté pour renouer avec le temps, respecter les cycles de la vigne, des sols, de la nature mais aussi de la météo.

Ce nom vient aussi d'un hommage rendu à son grand père viticulteur, qui chaque année souhaitait ses vœux avec ces mots.

 

C'est donc une exploitation familiale, exploitée depuis 4 générations que Frédéric a repris.

 

 

Fin 2015, lorsqu'il s'est lancé dans cette nouvelle vie, il a attaqué la conversion bio d'une partie du vignoble.

Il s'est notamment attaché à redonner santé à une vigne de Petit Verdiot qui après 15 ans d'exploitation intensive était bien fatiguée.

Suppression des amendements chimiques, ébourgeonnement, vendange verte à 50%, ont fini par porter leur fruit.

Au bout de 3 ans la vigne s'est régénérée. C'est désormais à l'ensemble de cette vigne que s'applique ces méthodes.

 

En 2017 Frédéric a récupéré une parcelle de 5 ares de vieux Carignan (80 ans). Dans le millésime 2017 ce cépage entre pour 15% dans l'assemblage.

 

S'il souhaite limiter ses interventions sur le vin (apport très limité en souffre, utilisation des seules levures chimiques, peu de filtration, pas de collage) il garde cependant une volonté de maîtrise.

Du bio à la biodynamie, Frédéric franchit tranquillement le pas. Il a suivi une formation auprès de Vincent Masson.

 

Frédéric a, dès le départ, eu la volonté de ne produire qu'un rouge et un en rosé. Situé à Adissan, pays de la Clairette, il a planté l'hiver dernier une vigne de Vermentino. Il ambitionne d'ici 3 ans de produire un blanc en assemblage Clairette-Vermentino.

Son rosé produit en très petite quantité (1000 bouteilles) s'arrache dès le printemps ! Il s'agit d'un assemblage atypique de Grenache et Petit Verdot.

Le rouge, phare du domaine, porte le joli nom de " Le souffle des anges ".

C'est un VDF, assemblage de Syrah, Petit Verdot, Grenache et de Carignan depuis le millésime 2017.

Ce nom poétique symbolise le souffle générationnel sur les vignes. Cette passion familiale s'étend aux filles de Frédéric, petits anges, qui n'hésites pas à mettre la main à la pâte lors des vendanges manuelles, cela va de soi.

 

 

Lors du lancement du millésime 2017 du Souffle des anges le 1er décembre, j'ai également eu l'occasion de déguster le 2016.

Séduisant au nez, le 2017 a mis du temps à s'ouvrir. Il reste un peu jeune à mon goût. Cependant je n'ai aucun doute sur le fait qu'il se bonifiera.

Le 2016, quant à lui m'a séduit.

 

Pour son plaisir Fédéric produit également une Cartagène rouge (500 bouteilles), 100% grenache et une blanche 100% Clairette.

 

En conclusion Frédérique m'affirme n'avoir aucuns regrets de ce tournant pris dans sa vie.

François Guerard

par François Guerard

J'aime le vin ! Le déguster mais aussi les femmes et les hommes qui le font avec passion !