Domaine Thomas Niedermayr : La nature en mode sommital !

Au fil des rencontres

publié le samedi 29 septembre 2018 à 08h00

Domaine Thomas Niedermayr : La nature en mode sommital !

Cuverie intégrée flambant neuve, des vignes au cordeau, un jeune vigneron, des poules et des cageots de pommes sur les bords de l'allée.

 

 

L'endroit est calme, entouré de bois et plus haut des contreforts calcaires des dolomites.

 

L'homme est un grimpeur, skieur, mais autour de Bozen (Bolsano) qui ne l'est pas ?

 

 

Nous échangeons quelques mots avec son épouse. Nous parlons plus de montagne que de vin 😉

 

 

Ici, la nature omniprésente est forte et prépondérante. Elle entoure ces vallées alpines.

 

Nous sommes au Sud Tyrol qu’on se le dise !

 

Des coopératives fortes, des routes au bords entretenus et verdoyants, un fond de vallée arboricole, des pentes exposées au foehn couvertes de vignes jusqu'à 800/900 m d'altitude et au loin les dolomites.

 

Fin septembre il fait 27 degrés la journée puis 12 la nuit... idéal.

 

Les vendanges sont quasi terminées, et Thomas Niedermayr nous emmène voir ses vignes.

 

Pour les amateurs et aficionados, il fait partie de PIWI, groupement de spécialistes en variétés résistantes aux maladies.

Le but avoué ? Ne plus traiter... mieux que bio... plus de cuivre, plus de souffre à la vigne.

 

En ce début d'automne les vignes sont encore bien vertes et très vigoureuses, bon signe ! Enherbées naturellement, très saines. Grands palissages, belles grappes pour celles restantes.

 

 

 

Allons déguster à présent :

 

  • Bronner 2014 : ancien cépage en plein renouveau, le nez est fumé, légèrement réduit, en bouche c’est bon !

 

  • Solais 2014 : exotique, fruité et un peu d'épices au nez, la bouche est ronde, fraiche, assez sec, belle longueur aromatique, proche du sauvignon en plus mûr.

 

  • Sonnrain 2016 : aromatique, un poil de réduit, pomme poire au nez, sec et bon en bouche, un peu monolithique.

 

  • TN 2006: notes résinées, coing, évolution, la bouche est tende, des notes mélangées d'agrumes et de noix, puissant et très long en bouche ! A suivre...

 

  • Weissburgunder 2013 : pinot bianco 2 ans et demis de fermentation, nez très discret, puis une bouche très longue, puissante et tendue, très intéressant !

 

  • Burl : rouge hors norme, nez très fruité, fort, fraise, en bouche c'est très léger avec une pointe d'épices.

 

  • Gardfels : Cabernet Canto, Cot, nez très réduit, animal, c'est un peu sec en bouche, mordant, un coté primeur, jeune avec des tannins bien présents, trop jeune pour le moment, beau potentiel. 5 ans mini.

 

 

Beaucoup de vins malgré une petite exploitation !

 

Thomas est passionnant et passionné !

Cette incursion dans les vins natures est assez nouvelle pour moi, ici tout est millimétré, loin de certains « artistes » ou « cochons » aux discours alambiqués et ésotériques.

On travaille, et bien, proprement et forcément les vins sont francs, parfois surprenants du fait de leur originalité variétale ou de vinification.

Pas de défauts, des vins nets, directs, au potentiel évident.

 

Une partie de la nouvelle viticulture se joue très certainement chez certains de ces vignerons.

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.