Connaissez-vous Biopythos et ses jarres en céramique ?

Au fil des rencontres

publié le lundi 25 juin 2018 à 10h00

Connaissez-vous Biopythos et ses jarres en céramique ?

Des jarres en céramique pour élever ou vinifier son vin, il fallait y penser ! Il s'agit justement du projet de la startup limougeaude Biopythos porté par Michaël Lesvigne lancé en novembre 2016. Ils sont quatre à l'initiative de cette innovation et tous issus du domaine de la céramique. Mais le vin dans tout ça ? Tout se met en place suite à la rencontre d'un commercial de la région de Bordeaux qui recherchait ce type de produits déjà commercialisés en Italie et plus loin, en Chine et la demande est de plus en plus croissante en France. Spécialisé dans le domaine de la céramique, porcelaine et autres produits minéraux non métalliques, l'enjeu est de taille mais Michaël Lesvigne décide de relever le défi. De plus, le monde du vin et ses procédés d'élevage l'ont toujours attiré, alors pourquoi ne pas lier l'utile à l'agréable ?


Après de nombreux essais en petite quantité pour arriver au résultat souhaité, se développe une petite gamme de produits de différente volumétrie allant de contenants de 20 à 25 L jusqu'aux fameuses jarres de 225 L et à la jolie forme ovoïde.


L'objectif de Biopythos est de semi-industrialiser le procédé pour répondre aux spécificités et aux normes du secteur. Aujourd'hui, on retrouvait de la fabrication artisanale italienne sur le marché mais quand il faut répondre à des normes industrielles et à une demande de produits "français", l'occasion de se positionner devenait très interessante.


Si le processus de fabrication en lui-même n'est pas si compliqué, sans bien entendu rentrer dans des termes techniques, la problématique résidait dans l'adaptation à des modèles de gros volume, ce qui n'est pas habituel en céramique. Tout se jouait déjà au niveau de la matière première et de l'homogénéisation de la pièce au niveau du coulage, de la répartition, de l'épaisseur du produit final, et surtout de la tenue du contenant à tous les niveaux. Cela représente un travail délicat avec différents paramètres à prendre en compte, notamment à chaque étape, de coulage, de séchage et de cuisson sachant qu'il y a toujours du retrait sur ces deux derniers process.


D'un autre côté quand tout est enfin paramétré, testé, et approuvé, le produit fini apporte de nombreux avantages. Leurs jarres sont une intéressante alternative aux fûts de chêne et aux cuves inox en proposant des taux d'oxygénation tels le bois le permet et sans y importer d'arômes supplémentaires comme le permet la cuve inox. La céramique reste tout de même un minéral et apporte une belle fraîcheur très recherchée par les vignerons sans pour autant alterner le goût du vin vinifié. La minéralité du produit permet justement de davantage faire ressortir le terroir grâce à son contact direct, et avec une durabilité constante qui rejoint les amphores en terre cuite.


Depuis le début de l'année, une dizaine de produits ont déjà été commercialisés avec une demande exponentielle pour les mois à venir. L'atelier de fabrication devrait être pleinement opérationnel d'ici la rentrée de septembre 2018 avec pour objectif de production, 100 à 150 pièces sur 2019. Biopythos répond également à une demande des viticulteurs de se démarquer en jouant sur la beauté et la pureté qu'apportent indéniablement la céramique. Quant au rapport qualité / prix, il faut bien entendu s'attendre à du 1200/1300€ pièce contrairement aux fûts de bois de 600/900€ l'un mais si l'investissement de départ est plus onéreux, il dure également plus longtemps car ne nécessite pas à être changé si convenablement entretenu en comparaison au bois.


Alors ça vous tente ?

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib