A Gigondas : le domaine du Terme

Au fil des rencontres

publié le samedi 05 octobre 2019 à 12h30

A Gigondas : le domaine du Terme

Lors du passage autour des dentelles de Montmirail, après avoir pris le temps de faire un peu le tour du vignoble et des villages environnants, j’ai dégusté chez plusieurs vignerons en dehors du Caveau ou on trouve énormément de choix des divers producteurs, mais les gammes complètes n’y sont pas car on s’occupe ici seulement du cru.

 

A 2 pas du caveau de Gigondas vous trouverez le domaine du Terme, comme pas mal de vignerons locaux, le caveau de vente est isolé du domaine, ici il est au centre du village. On y déguste la gamme complète.

 

Le domaine du Terme est un domaine de 25 Ha, dont la cave de vinification est située en contrebas du village, les vignes quant à elles sont réparties du nord au sud sur 4 appellations, côtes du Rhône, Sablet, Vacqueyras et Gigondas. Dominés par les argiles et le calcaire, les sols sont à la fois en coteaux et plaine pour les vignes autour du domaine. La famille Gaudin exploite le domaine autrefois appelé Clos du Terme depuis 1870 et c’est aujourd’hui Anne Marie Gaudin Riché qui s’occupe du domaine avec son équipe. Roland Gaudin ayant été avant elle un des personnages clés de la région et de l’appellation.

 

Le domaine produit 7 cuvées issues des vignes du domaine, récoltées manuellement, et travaillés de manière très traditionnelle, élevages en foudres, et cuves, l’ensemble est très cohérent, et les vins sont à 85% vendus directement sur place !

Fait assez rare d’ailleurs. Peut-être une des raisons pour lesquelles ce domaine n’est pas plus connu des amateurs.

 

 

Le Sablet blanc est un assemblage original de Viognier et Roussane, au nez riche, fruits blancs, à la bouche courte mais bien faite, agréable et frais il se déguste simplement.

 

Le Côtes du Rhône rosé n’était pas disponible mais le Gigondas rosé est un ovni, au nez d’épices, sauvage avec quelques notes oxydatives, la bouche est assez puissante, ronde et riche, de beaux amères, un vin très intéressant, surprenant à plus d’un titre. Bien, Bien +

 

Le Côtes du Rhône 2017 dont les vignes sont sur Sablet, au nez d’épices est hyper frais, sa bouche réglissée, ses amers, sa minéralité en font une entrée de gamme parfaite, ou quasi, un vin juste et précis, Bien+ ++

 

Le Sablet 2016 au nez de levures, de pain, et aux notes réglissées un poil sauvage possède un bon gras et une légère amertume en finale.

 

Le Vacqueyras 2017 est une belle expression du style maison et du millésime, le nez légèrement piquant et frais, s’ouvre sur des notes de thym et d’épices, la bouche souple et fraiche, délicate et fruitée nous donne une belle impression de fluidité, la cerise et un bon jus dominent une finale un poil amère. Bien+

 

La série des Gigondas débute avec le 2016, un nez légèrement fumé, des baies noires sauvages, du noyau de cerise, l’attaque en bouche et sur la fraicheur, une trame de cerise noire, des tannins en milieu de bouche, le vin est encore dissocié je pense, la longueur en bouche donne idée du potentiel de ce millésime, vraiment intriguant ... AB+ à B+ car le potentiel est là, ...

 

Le Gigondas 2015 est plus en place, le nez de lard et de fumée, aux notes de garrigue, possède un toucher très juteux en bouche, ne nouveau ce noyau de cerise, et une belle fraîcheur, Bien.

 

Le Gigondas Réserve 2015 est un poil oxydé à mon avis, sur cet échantillon, les notes de mûre et de sauvage partent ensuite sur des arômes de Sangiovese sudiste, certains Brunello donnent ce côté praliné, fruité très mur...

 

En 2014 ce même Gigondas Réserve, au nez mentholé et discret possède une matière un poil asséchante, et une droiture austère, le temps l’adoucira surement un peu...

 

Une année plus facile, car le 2013 se livre sur la garrigue, le thym, et des arôme frais, quand la bouche discrète, facile, gourmande de bonne longueur est joliment placée. Bien

 

Un coup de cœur pour les cuvées d’entrée de gamme du domaine, on retient ce côtes du Rhône, ou ce Gigondas rosé atypique, sur Gigondas des cuvées haut de gamme un peu discrètes, le temps devrait leur donner raison, et les 2015/2016/2017 sont à veiller car ce sont de grands millésimes sudistes. Une fois de plus je suis conquis par des Vacqueyras au profil si peu sudiste, ou aucune lourdeur ni puissance exagérée ne vient ternir le tableau. 

 

Stanislas ROCHER

par Stanislas ROCHER

OenoConseil, Voyageur dégustateur et Dénicheur de perles.