En terre étrangère

Domaine de Bon Augure

Vous souhaitez proposer un vin lors d'un événement ?

Bientôt un espace dédié aux professionnels

En terre étrangère

Dégustation : Robe limpide d'un jaune intense avec de légers reflets verts. Le nez dégage des arômes dégage des arômes d'agrumes citronnés et de fleurs blanches. La bouche ouvre sur des arômes de fruits secs associés à des notes boisées.

Accord mets-vin : En apéritif ou en accompagnement de coquilles saint-jacques en carpaccio, tartares de poissons et andouillettes braisées. Servir frais.

Terroir : Argile ferreuse sur socle de glacis calcaire.

Vinification : Vendange effectuée manuellement en caissettes. Foulage et pressurage direct pneumatique. Débourbage statique à basse température de 24 heures. Fermentation alcoolique à basse température de 4 à 5 semaines 50% en cuve inox, 50% en futs de chêne de 2 et 3 vins. Fermentation malolactique complète tout en préservant la fraîcheur du vin. Elevage de 8 à 10 mois pour moitié en cuve, moitié en fût.

La parole à Cédric Guy, propriétaire du domaine : "Rien qu'à considérer comment est notre vignoble que nous avons créé d'ailleurs de toute pièce, j'aime à nous appeler le Far West du Languedoc tant la viticulture à Joncels est une viticulture de l'extrême d'où le nom de "En terre étrangère". Rien que nos vignes surprennent, car, afin d'être pleinement épanouies, elles se situent sur les coteaux abrupts de la montagne en plein coeur de la Haute Vallée de l'Orb et qui forment comme une route. Tout est partie d'une utopie : celle de réaliser des vins de chardonnay de garde en Languedoc. Cette cuvée en est certainement le plus bel exemple où tout le terroir s'exprime avec un beau potentiel de conservation qui défie le déficit chronique de l'acidité propre aux vins languedociens qui ne sont pas prédisposés à des périodes de garde de 10 à 15 ans. Le caractère assez particulier est que les vignes se situent sur une faille à la fois argilo-ferreuse et calcaire fossile, qu'il est rare de trouver de plus dans la région. Plus on tend vers la première, plus on aura de rouge et plus on tend vers la seconde, on préconisera le blanc. Cette activité est née avant tout d'une passion puisque ce n'est pas mon premier corps de métier et c'est un passe temps qui occupe pleinement les weekends. Rien que l'étiquette de nos vins est "homemade", avec des photos sur lesquelles nos mains de travailleur sont à l'honneur. Sur cette cuvée, elles montrent justement la richesse des calcaires et du caractère atypique de notre terroir d'altitude."