Rencontre avec Sandrine à l'origine du projet Women Do Wine

Interviews

publié le jeudi 08 mars 2018 à 10h14

Rencontre avec Sandrine à l'origine du projet Women Do Wine

Women Do Wine est une association internationale fondée en France, de femmes liées au à la passion du vin. Sandrine Goeyvaerts à l'initiative du projet, a bien voulu répondre à nos questions.

Winameety : Comment et pourquoi est né votre projet ?

Sandrine Goeyvaerts : Women do Wine est une communauté spontanée, née sous mon impulsion (je suis caviste, blogueuse et autrice belge). Elle vient d'un constat : bien que nombreuses, les femmes du vin sont encore trop souvent " invisibles ", car cantonnées à des rôles secondaires, et pas reconnues pour leurs compétences propres. Nous avons décidé, avec quelques femmes du vin, d'unir nos compétences pour mettre en avant celles qui, chaque jour, "font" le vin : vigneronnes, sommelières, cavistes, journalistes, blogueuses,… Le but de cette association est de fédérer les femmes du vin sous la forme d'un réseau d'entraide et d'écoute. Un autre objectif très concret est de créer des trophées récompensant les femmes du vin afin de leur donner enfin la lumière qu'elles méritent. 

W : Votre association, bien que fondée en France est à dimension internationale avec d'ailleurs plus d'une centaine de membres qui vous a rejoint entre octobre 2017 et janvier 2018, vous répondez donc à une forte demande dans le domaine du vin ? 

SG : Nous allons annoncer 200 membres cette semaine en fait ! Et 12 pays représentés : je pense que cet engouement est la démonstration qu'il existe une vraie demande du côté francophone. D'autres associations du même type existent déjà dans d'autres pays (je pense à Le Donne del Vino, en Italie, qui sont dans leur trentième année d'existence que nous avons eu la grande joie de rencontrer il y a quelques jours). 

W : Qu'est-ce que l'association vous permet de réaliser ensemble sachant que tous les métiers de la filière sont représentés ? 

SG : C'est avant tout un espace d'échanges : elle nous permet de croiser nos intérêts communs selon nos métiers. Par exemple, les vigneronnes entre-elles, qui peuvent d'échanger des tuyaux, ou parler de leurs expériences. Mais nous constatons aussi une certaine transversalité : les cavistes ou les sommelières échangent avec les vigneronnes, les journalistes avec les cheffes de cave, etc. La diversité des profils est telle que chaque demande est toujours sûre de trouver une réponse ! 

W : Vous revendiquez-vous féministes ? Si, oui dans quelle mesure ? 

SG : A titre personnel, oui, et je ne m'en suis jamais cachée. La démarche de l'association est d'oeuvrer pour une reconnaissance des femmes, positive et bienveillante. C'est en soit une démarche qui peut être qualifiée de féministe. Mais nous sommes extrêmement attentives au fait de rassembler, sans antagoniser. Nous sommes pour, nous nous exprimons en terme de solutions. 

W : Quels sont les aspects que Women Do Wine a réussi à mettre en lumière, sans pour autant que cela soit votre premier objectif ? 

SG : Le gigantesque besoin pour les femmes d'échanger et de se rassembler. C'est extrêmement riche en émotions, quels que soient les sujets abordés. Ce côté " réseau " est devenu le centre véritable de l'association. Il nous conforte aussi dans le choix de non-mixité de l'association. La parole entre-soi sans visibilité extérieure procure une sécurité, une solidarité et une richesse qui nous rend particulièrement fières. 

W : Votre regard sur les femmes d'aujourd'hui en général et plus particulièrement dans le monde viti-vinicole ? 

SG : Elles sont tellement multiples qu'il est difficile de généraliser. Si l'on considère nos membres, je suis épatée de voir leurs parcours, les compétences qu'elles développent. Cela me - nous - motive d'autant plus à parler d'elles, à les mettre en avant, car elles le méritent vraiment. Sans compter qu'il faut envisager l'avenir : offrir aux jeunes femmes des modèles favorise les vocations. Le mouvement est lancé, pas uniquement dans le monde du vin, nous ne sommes pas prêtes de nous arrêter ! 

W : Trois mots pour résumer votre projet ?

SG : Entraide, écoute, émulation

Propos recueillis par Elise de la Winameeteam

Elise Aboulkhatib

par Elise Aboulkhatib